Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 23:28

La croissance mondiale cale. Les premiers ratés sont apparus très vite, dès le 2ème trimestre, avec un rythme de progression du PIB divisé par deux, passant de plus de 3% en début d'année à 1,3% seulement au printemps. La tendance s'est renforcée depuis, comme le montre parfaitement le basculement du commerce mondial cet été. Et si l'on se fie à la direction empruntée par les indicateurs avancés, aucun redressement n'est à espérer pour les prochains mois. Pour faire bref, les 2,5% de croissance du PIB mondial anticipés pour cette année seront obtenus grâce à l'élan de la fin 2011. Mais une analyse plus fine des données révèle une information précieuse. En même temps que la croissance se tasse, les prémices de son rééquilibrage entre pays développés et émergents apparaissent.

 

Image-icone-PDF-V2.gif

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 20:01

L'économie mondiale est en pleine rechute. La preuve : le recul en valeur du commerce international, qui traduit à la fois le tassement des échanges de produits manufacturés et le reflux du prix des matières premières. En 10 mois à peine, son rythme de croissance annuel est passé d'un solide 19,5% en juin 2011 à -2,8% en avril dernier. Et la situation ne s'est pas améliorée depuis, bien au contraire...

 

Image-icone-PDF-V2.gif

Partager cet article
Repost0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 13:19

 

Qui détient la dette française ? image

L'Etat français a une dette colossale de 1 600 milliards d’euros. Mais qui lui prête ? Difficile à dire avec précision car l'opacité est de mise. Voici tout de même les quelques résultats de notre enquête. 


On sait que ce sont des banques, des compagnies d'assurance, des fonds de pension et d'autres Etats, mais il est presque impossible de connaître les créanciers de la France par leur nom.


Suite de l'article (cafedelabourse.com)

Partager cet article
Repost0
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 20:17

Le 1er trimestre, déjà derrière nous, n'est pas bon. Mécaniquement, le second part sur des bases très faibles. Au mieux, il sera médiocre. Tout se jouera donc à la rentrée de septembre. Mais il ne faut pas se leurrer. Les conditions ne sont pas réunies pour anticiper une reprise rapide et durable de l'activité en France et la réalité des secteurs et des entreprises nous mène droit à ce diagnostic : la croissance ne dépassera pas 0,3% en 2012.

 

 

Image-icone-PDF-V2.gif

Partager cet article
Repost0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 19:51
Xerfi-Previsis n°170 — février 2012
 
 
Faux départ ou rechute ? Une chose est claire, le début d’année s’annonce très compliqué pour l’économie française. Le climat des affaires fléchit à nouveau en janvier et tombe à un niveau qui peut faire craindre la récession. Certes, la confiance des chefs d’entreprise ne cède que 1 point. Ce n’est pas spectaculaire. Mais cela fait maintenant 9 mois que la tendance négative se renforce enquête après enquête. A 91 points, l’indice de confiance s’éloigne de plus en plus de sa moyenne de long terme (fixée à 100 par définition). Mais là n’est pas le plus important. Deux orientations prises par les dernières enquêtes alimentent les craintes d’une panne durable de l’économie. D’abord, le mouvement baissier embrasse toutes les branches, avec une seule exception, le bâtiment. Ainsi, le commerce enregistre une très forte dégradation : quand on sait que la consommation demeure le pilier principal de notre croissance, il y a de quoi s’inquiéter pour la suite. A peine moins grave dans l’industrie, la situation reste également très préoccupante dans les services. Autre motif d’inquiétude, la direction prise par les indicateurs avancés. Les carnets de commandes dans l’industrie, les perspectives de commandes dans le commerce, l’évolution attendue de la demande dans les services emprunte le même chemin. Ce chemin est celui de la poursuite de la dégradation au mieux jusqu’à la fin du printemps, au pire jusqu’à la fin de l’été c’est-à-dire la rentrée prochaine.
 
Image-icone-PDF-V2.gif
 
Partager cet article
Repost0
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 21:20

Numéro Spécial
Prévisions économiques 2012 - 2017

L'audace ou le déclin
Quelle stratégie économique pour la France ?

 

 Image-icone-PDF-V2.gif

 

Capture-copie-7.JPG

Partager cet article
Repost0
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 21:40

http://i.agoravox.fr/local/cache-vignettes/L300xH319/D-13-2-40d7c.jpg

 

La FED a décidé de garantir des taux d’intérêt proches de zéro pendant deux ans. Certes, la bourse a réagi comme il se doit, avec enthousiasme et ferveur, passant de quelques points dans le vert. Et bien évidemment, les bourses européennes vont réagir à la hausse. Le grand sorcier de la banque centrale américaine a décidé de faire pleuvoir des dollars adossés à un taux directeur quasiment nul. Traduction officielle : que de bonnes nouvelles pour l’économie et toutes ces entreprises qui vont pouvoir investir. Que de relances à venir. Que de croissance en perspective. Hélas, ces déclarations lancées sans aucun recul par les journalistes ne résistent pas à une analyse économique de la situation.

L’argent facile pour les marchés, c’est ce qui s’est passé depuis une décennie au moins, avec des mesures pour contrer le marasme consécutif aux attentats de septembre 2001 mais aussi au dégonflement de la bulle des nouvelles technologies. D’ailleurs, les grandes industries ont aussi vu décrocher leurs titres, le Dow Jones perdant presque la moitié de sa valeur au début des années 2000, lorsque les GI ont envahi l’Irak, alors que le Nasqad chutait lentement mais abyssalement, passant d’un sommet à 5000 vers un plus bas proche des 1000 points juste avant 2003. Traduction pour le commun des citoyens : la FED prend des mesures similaires à celles qui ont conduit à la crise financière de 2007 et la crise de la dette commencée en 2010. C’est comme si on conseillait à un patient fiévreux d’utiliser une bouillotte. On peut aussi imaginer la situation d’une discothèque qui, après une bagarre de clients très alcoolisés, décide de calmer tout le monde en décidant de prolonger de deux heures l’open bar !

 

Suite de l'article (agoravox.fr)

Partager cet article
Repost0
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 11:37

 Samedi 20 Mars 2010

 

http://www.marianne2.fr/photo/art/default/916445-1084172.jpg?v=1297163968

 

Le constat que vous faites dans vos travaux sur le manque d’autonomie des différentes sphères de l’économie est particulièrement pertinent pour analyser la crise actuelle du monde de la finance…

Il faut comprendre que les conditions de l’évaluation financière, la manière dont les financiers regardent le monde est quelque chose qui est très fortement unifié. Dans les systèmes sociaux antérieurs, à côté de la puissance financière, il y avait la puissance industrielle, il y avait la puissance politique, il y avait la puissance salariale. On se trouvait ainsi dans des systèmes complexes, avec des rapports de pouvoir tout aussi complexes mais qui en définitive produisait une certaine stabilité de l’ensemble.

Aujourd’hui, la tendance est à l’homogénéisation, à l’unification de toutes les sphères avec, au centre du système, la finance, l’évaluation financière, les droits financiers… Tous les aspects de notre vie d’aujourd’hui, sont plus ou moins liés à ces questions financières. Cela modifie profondément le système car il n’y a plus vraiment de contre-pouvoir face à l’omniprésence de la finance.

D’où cette question centrale : comment peut-on réguler la finance alors qu’il n’existe pratiquement plus de contre-pouvoir qui puisse faire valoir son projet, ses anticipations, ses intérêts ? Il se trouve qu’aujourd’hui même le régulateur, en l’occurrence l’Etat, a fait siens les intérêts dérégulés…

Si les responsables politiques ont le même « logiciel » que celui de la finance, il n’y a plus personne d’extérieur pour modifier la donne…

Absolument… Il ne faut pas voir cela comme une espèce de manipulation diabolique des esprits… mais il est clair qu’aujourd’hui, les idées sont modelées par cette vision financiarisée du monde. Il est très difficile de penser autrement, d’avoir une action extérieure aux critères de la finance…

 

Suite de l'article (marianne2.fr)


Partager cet article
Repost0
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 09:39

http://static.lexpansion.com/medias/15/zone-euro_83.jpg

 

Un Etat peut-il vivre au-dessus de ses moyens? Qui paie pour la Grèce? Y a-t-il un risque pour mon épargne? Les Etats-Unis peuvent-ils s'endetter à l'infini...? L'Expansion.com répond à toutes les questions que vous vous posez sur cette de la dette publique.

 

 

Les deux premières zones économiques de la planète, les Etats-Unis et l'Europe, vacillent. En cause: l'insoutenabilité de leurs dettes publiques. La solvabilité des Etats, même les plus solides en apparence, n'apparaît plus aujourd'hui comme un fait acquis. Cette crise de la dette publique vous interroge. Voici nos réponses à vos questions.

 

 

"Cette crise ne démontre-t-elle pas qu'un Etat, comme un particulier, ne peut pas vivre en permanence au-dessus de ses moyens?", souligne Fremen.

Certes, mais encore faut-il définir quels sont ces moyens. Le taux d'endettement d'un particulier ou d'une entreprise est fonction de ses actifs (salaire, propriété immobilière, chiffre d'affaires, locaux, etc.). Or "un Etat n'est pas dans cette situation puisqu'il ne peut pas vendre ses actifs, sauf à privatiser quelques entreprises ou à vendre de l'immobilier, mais ce n'est pas au niveau de l'endettement, explique Jean-Marc Daniel, professeur à l'ESCP Europe. Ses actifs, ce sont les impôts qu'il va lever dans le futur. Il y a donc toujours une ambiguïté sur le niveau maximal d'endettement d'un Etat."

 

Suite de l'article (lexpansion.lexpress.fr)

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 11:18

La signification d'une faillite ou d'un défaut de paiement de la Grèce reste faible pour l'européen,- et pour le grec-, moyen qui ne comprennent pas vraiment quel est le risque, qu'est ce qui se passerait concrètement dans ce cas pour eux , et pourquoi ils se battent en essayant de l'éviter à coup de privations et de sacrifices personnels.

La dernière faillite d'un état en date est celle de l'Argentine en 2001 dont elle n'est d'ailleurs pas encore sortie. La cause en était pourtant la même, plus de dépenses que de recettes pendant des années. A l'époque, l'Argentine était un pays exportateur de denrées agricoles , affichait un déficit budgétaire de 3.2 pct de PIB, avait une dette de 54 pct de son PIB mais avait sa monnaie propre et donc de la liberté de manoeuvre monétaire.

 

Suite de l'article (caderange.canalblog.com)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Blog de Marc Candelier
  • : Comprendre pourquoi les prix du marché immobilier peuvent monter mais aussi descendre !
  • Contact

IMMOBILIER ET L'ECONOMIE

Bonjour et merci de votre visite,
 

Savez-vous qu’en 1958 un logement valait en moyenne 70 loyers et que 40 ans plus tard, en 1998, il fallait dépenser en moyenne 133 loyers pour devenir propriétaire ? Savez-vous qu’en 2008, au plus haut de la bulle, un logement coutait en moyenne 262 loyers et que les prix étaient surestimés de 80% ? 

 

L'objectif de ce blog est de vous permettre de suivre l’actualité du marché immobilier et de vous aider à comprendre pourquoi les prix peuvent monter mais aussi descendre. Vous pourrez ainsi acheter, vendre ou louer votre logement en sachant exactement où vous mettez les pieds.

 

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter, cela vous permettra d’être informé d'une nouvelle publication. Vous pouvez également réagir à un article en cliquant sur "Ajouter un commentaire" en bas à droite de chaque article.


La plupart des graphiques sont disponibles en version PDF par un simple clic sur l'image. Vous aurez ainsi des documents imprimables de très bonne qualité.

Si de votre côté vous avez un article intéressant à me proposer, n'hésitez pas à me contacter à l'adresse suivante:
bulle.immo160@free.fr

 


Nombre de visites (01/08/2020)

4 926 724

Recherche

Map">

Geolocalisation