Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 22:54

Les Caisses d’Allocations Familiales n’arrivent plus à traiter les dossiers. Avec la crise et la mise en place du RSA, les demandes affluent et les dossiers s’empilent.

 

Interview de Jean-Louis DEROUSSEN, Président du conseil d'administration de la CNAF

 


Les Caf au bord de l'implosion
envoyé par BFM. - L'actualité du moment en vidéo.

 

 

 

Voir aussi ces articles Les Allocations familiales submergées  et   Les allocations familiales au bord de la rupture

 

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie en image
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 22:53
Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie en image
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 21:10

 

 

 

La France en faillite ? Débat économique ou politique ? - archos
LCI "Question d'actu" - le 24 septembre (extrait)
La France en "faillite" selon François Fillon

 

  

 

 

Comment l'Etat français peut-il sortir de la faillite ?

La dette publique française pourrait dépasser 100% du PIB en 2012. Or l'intégralité de l'impôt sur le revenu permet à peine de rembourser les intérêts de la dette. Comment sortir d'une telle situation de faillite ? Trois solutions sont possibles...

 

 

Devedjian : "un état qui fait faillite, ce n'est pas possible"

L'ancien secrétaire général de l'UMP balaie l'idée d'une possible faillite de la France en expliquant que techniquement un Etat ne pouvait pas se retrouver dans cette situation. Et à propos de cette éventualité pour certains pays de l'Est de l'Europe, il leur oppose la vigueur des régimes communistes et revendique pour tous ces pays la liberté et la volonté de sortir de la crise.

 

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie en image
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 20:17

Capturer-copie-4.JPG

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie en image
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 18:43

ECONOMIE - Ces inégalités s'expliquent par des changements au sein de l’entreprise…

 

Pourquoi y a-t-il un creusement des inégalités?

 

Parce qu’il y a une «déformation très importante de la hiérarchie des salaires». D’une part, «il y a de plus en plus de bas salaires, de plus en plus d’embauches au SMIC, explique à 20minutes.fr Henri Sterdyniak, économiste à l'OFCE, car il y a une pression très forte pour réduire les coûts du travail». Un phénomène couplé avec l’externalisation des emplois les moins qualifiés, qui ne profitent pas des avantages sociaux de l’entreprise principale.

 

D’autre part, «pour ceux qui ont des compétences particulières, il y a une augmentation très importante des rémunérations», analyse Henri Sterdyniak. Pour éviter de voir ces cadres fuir à l’étranger, ils sont notamment rémunérés avec des stock-options. Conséquence: ils ont intérêt à ce que la rémunération du capital soit la plus forte, en limitant aux les processus de production et donc les salaires.

Plus globalement, pour Nicolas Bouzou, économiste et dirigeant de la société d’analyse Asterès, le «problème fondamental est celui de la croissance. Le PIB a peu augmenté alors que la part des classes supérieures a beaucoup grossi». La part du gâteau à se partager pour les classes moyennes et les plus pauvres est donc plus mince.

 

Suite de l'article (20minutes.fr)

 

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 16:06

Capturer-copie-3.JPG

 

 En 2007, c’est à partir de 84 500 euros de revenu déclaré annuel par unité de consommation qu’une personne se situe parmi les 1 % les plus riches. Alors que la moitié des revenus des personnes les plus aisées ne sont pas des revenus d’activité, les autres très hauts revenus restent principalement assis sur des revenus d’activité, comme la grande majorité de la population. La population des très hauts revenus est plus âgée et plus concentrée en région

parisienne que le reste de la population. Entre 2004 et 2007, les revenus moyens des très hauts revenus ont augmenté plus rapidement que ceux de l’ensemble de la population. Le nombre de personnes franchissant des seuils symboliques de revenus annuels s’est également accru, d’où une augmentation notable des inégalités par le haut.

 

Lien vers le Dossier de l'INSEE

 

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie
commenter cet article
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 21:26

Les crises d'origine financière sont trop souvent suivies de convalescences lentes et laborieuses. C'est bien ce qui pourrait se produire aux Etats-Unis si la productivité chute, car la capacité d'innovation laisse à désirer. Tout cela laisse présager un avenir bien sombre. C'est au gouvernement d'agir. Il doit bien sûr s'attacher à réduire les déficits, mais il doit aussi veiller à stimuler la croissance.

 

Les économistes aiment à dire que la productivité n'est pas forcément l'indicateur le plus vital. Pourtant, sur le long terme, c'est une variable décisive pour l'évolution du produit intérieur brut (PIB). A la base, la croissance réelle est bien le résultat direct du travail fourni par la population active. Elle dépend donc à la fois du nombre de travailleurs et de leur productivité. Si l'on en croit Robert Gordon, l'économiste de la Northwestern University, éminent spécialiste du sujet, la productivité américaine est sur le point de faiblir.

 

Suite de l'article (lemonde.fr)

 

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie
commenter cet article
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 16:58

bechade(1)

 

par Philippe Béchade
Jeudi 01 Avril 2010

 

▪ Les indices américains testent de fortes résistances : les 11 000 points pour le Dow Jones, les 1 180 points pour le S&P 500. Voilà ce qui expliquerait la relative stagnation de Wall Street depuis le 8 mars dernier.

En réalité, ceux qui pilotent la tendance jour après jour s'adonnent prioritairement au day trading, avec des horizons de placement qui se situent pour certains entre trois minutes et un quart d'heure -- l'unité de temps "sept minutes" a beaucoup de succès en ce moment ! Ils ne sont donc guère friands du jeu des pronostics à court (une semaine) ou moyen terme (trois mois).
 
Lorsque des spécialistes de l'analyse technique de la vieille école décortiquent les graphiques, ils observent globalement la formation de structures relativement classiques : "têtes/épaules", "double sommet", "W haussier"... Elles semblent refléter une psychologie humaine avec toute sa part d'irrationnel.

Mais dès qu'ils s'attaquent à une étude plus fine des segments haussiers ou baissiers, ils constatent une succession de tendances en ligne ou de canaux de stagnation qui n'ont plus rien de spontané.
 
L'auto-réplication des mouvements boursiers reflète une orchestration qui implique le bannissement de la subjectivité humaine. Les ordinateurs sont clairement à la manoeuvre.

 

Suite de l'article (la-chronique-agora.com)

 

Dans cet article Philippe Béchade décrit vraiment très bien la situation du marché immobilier:

 

Le marché devient alors une sorte de vase clos qui génère sa propre réalité. La meilleure image pour en rendre compte, c'est une partie de Monopoly grandeur nature où les prix de l'immobilier deviennent fonction de la liquidité qui circule entre les joueurs, et non de l'état réel de l'offre et de la demande, des revenus des ménages et du crédit disponible.
 
Mettons que le joueur qui fait office de banquier décide arbitrairement que chaque participant recevra 400 millions d'euros au lieu de 200 en passant sur la case départ. Le cours des terrains s'envolent, puis celui des maisons et des hôtels... Et s'il décide ensuite de réduire l'apport de liquidités de 10 millions à chaque tour, la valeur des propriétés ne tardera pas à s'effondrer.
 
Dans la vraie vie, les choses ne se passent guère différemment. Seuls les quelques privilégiés qui participent au Monopoly boursier en tant que partenaires directs des banques centrales reçoivent de l'argent. Les locataires et les petits propriétaires n'en voient jamais la couleur... mais ils profitent psychologiquement d'un effet de richesse lorsque les enchères font apparaître une méga plus-value virtuelle sur le bien qu'ils possèdent.
 
Le seul problème, c'est que s'ils décidaient de vendre, ils ne trouveraient aucun primo-accédant pour acheter au prix du marché. Le château de cartes ne tient que tant que les spéculateurs jouent entre eux. Et ils prolongent la partie tant que les gains de la veille s'imposent comme les garants des gains du lendemain, au nom de l'impératif catégorique ayant statut de pensée unique, et selon lequel "la tendance est notre alliée".

 

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie
commenter cet article
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 21:54

Le prix des terrains a augmenté entre 3,03
 à 35,21 % entre 2007 et 2008 selon les régions. © 
Freephoto / Fotolia

 

Trouver un terrain reste une opération difficile. Il faut dénicher celui qui dispose de la superficie idéale, du meilleur emplacement possible mais surtout celui dont le prix convient à votre budget. Entre 2007 et 2008, les prix ont progressé de 3,03 à 35,25 % selon les régions. Sans surprise, ils diffèrent selon que vous envisagez d'habiter en Ile-de-France ou dans le Limousin, en zone urbaine ou rurale.

 

Découvrez le classement des régions de France où les prix des terrains à bâtir sont les plus élevés. Profitez-en pour connaître les surfaces et les prix moyens des vingt-deux régions métropolitaines et dans les Dom-Tom. Ainsi vous pourrez savoir si la région que vous convoitez a le terrain le moins cher au m².

 

Suite de l'article (linternaute.com)

 

Merci à Laurent pour cet article (son Blog http://immobilier-finance-gestion.over-blog.com/)

 

 

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Indicateurs
commenter cet article
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 21:13

C’est entendu, 2009 a été l’année de la baisse des prix dans l’immobilier ancien. Selon le Crédit Foncier, qui vient de publier son étude annuelle, elle aura finalement atteint 7,5% pour les appartements, 8,5% pour les maisons en province et jusqu’à 9,5% pour celles d’Ile-de-France. Un recul toutefois modeste, ont souligné les experts de la banque, en regard du plongeon des transactions de 14%, à 513 000 transactions contre 597 000 en 2008. « L’an passé, les acheteurs ont attendu que les prix baissent, tandis que les vendeurs espéraient qu’ils remontent », résume Emmanuel Ducasse, directeur des études immobilières.

 

Suite de l'article (investir.fr)

 

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Immobilier
commenter cet article

Présentation

  • : Blog de Marc Candelier
  • Blog de Marc Candelier
  • : Comprendre pourquoi les prix du marché immobilier peuvent monter mais aussi descendre !
  • Contact

IMMOBILIER ET L'ECONOMIE

Bonjour et merci de votre visite,
 

Savez-vous qu’en 1958 un logement valait en moyenne 70 loyers et que 40 ans plus tard, en 1998, il fallait dépenser en moyenne 133 loyers pour devenir propriétaire ? Savez-vous qu’en 2008, au plus haut de la bulle, un logement coutait en moyenne 262 loyers et que les prix étaient surestimés de 80% ? 

 

L'objectif de ce blog est de vous permettre de suivre l’actualité du marché immobilier et de vous aider à comprendre pourquoi les prix peuvent monter mais aussi descendre. Vous pourrez ainsi acheter, vendre ou louer votre logement en sachant exactement où vous mettez les pieds.

 

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter, cela vous permettra d’être informé d'une nouvelle publication. Vous pouvez également réagir à un article en cliquant sur "Ajouter un commentaire" en bas à droite de chaque article.


La plupart des graphiques sont disponibles en version PDF par un simple clic sur l'image. Vous aurez ainsi des documents imprimables de très bonne qualité.

Si de votre côté vous avez un article intéressant à me proposer, n'hésitez pas à me contacter à l'adresse suivante:
bulle.immo160@free.fr

 


Nombre de visites 

un compteur pour votre site

Recherche

">

Geolocalisation