Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 14:08
Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie en image
commenter cet article
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 21:55
Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie en image
commenter cet article
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 19:27

dispositif-scellier-interview-du-depute-francois-scellier-1.jpg

François Scellier

 

1/ Quel bilan dressez-vous sur l'objectif premier de la loi Scellier sur 2009, à savoir le maintien du marché de l'immobilier neuf dans la crise ?

Avec la crise, il devenait plus important encore qu'antérieurement de relancer le dispositif d'aide à l'investissement locatif dont l'attractivité s'était affaiblie avec le temps. Il fallait par la même occasion le rendre plus lisible, plus juste, ce qui a été fait en remplaçant la technique fiscale de l'amortissement par une réduction d'impôt dépendant non pas du niveau d'imposition à l'impôt sur le revenu mais seulement du montant de l'investissement. Par ailleurs, il convenait de réserver le bénéfice de la mesure à des opérations réalisées sur des territoires où existe un marché locatif fort.

 

2/ Le législateur a instauré le régime Sceller Bâtiment Basse Consommation à partir du 1er janvier 2011. Devons-nous comprendre que la crise du logement devient secondaire par rapport aux préoccupations environnementales ? 

Non, notre objectif principal est toujours de nous permettre de construire plus dans toutes les catégories de logement et au cas particulier dans le logement privé. Car la crise du logement, différente pour chacun des territoires, ne sera résolue que lorsque le parc sera suffisant pour permettre à chacun de se loger qu'il soit propriétaire ou qu'il soit locataire. Que parallèlement soit favorisée la construction de logements BBC est une bonne chose pour l'environnement d'une manière générale, mais aussi pour l'occupant propriétaire ou locataire qui verra ses charges en fluide et en chauffage diminuées en conséquence.

 

3/ Le dispositif Scellier semble échapper aux dérives qui ont entaché le dispositif De Robien, principalement des constructions dans des secteurs à faible demande locative. Jugez-vous le zonage du dispositif Scellier pertinent ?

Le zonage devrait permettre d'éviter effectivement des erreurs constatées dans le passé (avec le dispositif Robien notamment) conduisant à la construction de logements neufs sur des territoires où la demande locative était faible voire même inexistante.


Toutefois, le seul classement d'un territoire en zone éligible n'est pas une garantie absolue. Il faut que l'investisseur fasse de lui-même les choix pertinents en évaluant non seulement le marché locatif de l'instant mais son évolution dans le temps.


C'est la raison pour laquelle les pouvoirs publics doivent se donner aussi la possibilité de le faire évoluer et de le modifier.

 

4/ Les dérogations données au cas par cas par agrément ministériel dans les communes de la zone C ont-elles été nombreuses ?

Pour l'instant, aucune dérogation ministérielle n'a pu être donnée, dans la mesure où nous sommes toujours en attente du décret d'application en cours de concrétisation.

 

5/ Une autre dérive a entaché les dispositifs Robien/Borloo : l'absence totale d'information et de conseil de certains vendeurs des risques des investissements en défiscalisation immobilière (impayés de loyers, absence de locataire, possibilités de perdre l'avantage fiscal,etc.). Des mesures ont-elles été prises par le législateur pour endiguer ces pratiques ?

Il est difficile pour le législateur de prévoir toutes les dérives susceptibles d'entacher la bonne application du dispositif.
Lorsqu'il y a arnaque proprement dite, il appartient à la justice d'intervenir pour protéger la victime et lui donner réparation.


Par contre, il faut aussi que l'investisseur soit suffisamment averti et ne fasse pas preuve de naïveté en espérant un produit miracle qui lui fasse gagner de l'argent sans risque.


Un investissement immobilier est toujours quelque chose d'important: il faut bien choisir le produit, reconnaître les lieux, apprécier son environnement, s'informer sur les possibilités de location et sur le montant de celle-ci. Il faut aussi renoncer à acheter dans des opérations exclusivement dédiées à l'investissement locatif. En un mot, il ne faut pas être naïf et succomber à l'attrait de « trop belles opérations » où la commercialisation vous promettrait de devenir propriétaire sans que cela ne vous coûte rien. La naïveté peut coûter très cher.

 

6/ Les rares dérives de la loi Scellier semblent provenir d'Internet avec certains sites commerciaux qui présentent un aspect institutionnel en plagiant le graphisme d'un site gouvernemental pour créer la confusion dans l'esprit des utilisateurs. Des mesures sont-elles prévues pour endiguer ces abus de confiance ?

Dans notre pays où la liberté est la règle, il n'y a que la Justice qui puisse vraiment sanctionner les abus lorsqu'ils vont jusqu'à l'escroquerie.

 

7/ Le dispositif Scellier ancien pâtit d'une faible exposition. A quoi attribueriez-vous ce maigre retentissement ?

Il peut être effectivement très intéressant d'utiliser le dispositif pour « produire du logement » à partir de bâtiments commerciaux ou individuels ou même d'habitat dégradé et sans confort. Le fait qu'il s'agisse le plus souvent d'opération à l'unité ou avec un nombre réduit de logements explique sûrement pour l'instant leur succès limité dès lors qu'elles ne sont pas réalisées par des promoteurs-constructeurs importants.
Toutefois, on peut citer une opération très intéressante, éligible au dispositif, réalisée à Poitiers.

 

8/ Outre la loi Scellier BBC, quels sont les modifications du dispositif Scellier en cours d'élaboration ?

Actuellement, il n'est pas question de modifier de manière importante le dispositif. Il est nécessaire en effet, et c'est vrai d'une manière générale et encore plus dans l'immobilier, qu'il existe une certaine stabilité des règles et des mesures.... et surtout de l'environnement fiscal.

 

9/ Après la loi Scellier et Scellier BBC, quel sera le dispositif de défiscalisation immobilière de demain ?

Il me semble que le dispositif devrait être pérennisé au-delà du 31 décembre 2012 (limite de son existence aujourd'hui) mais peut-être en le rendant territorialement plus flexible pour construire là où on doit et pas ailleurs.
On peut aussi concevoir que l'avantage fiscal important consenti à l'investisseur soit gagé par une contrainte plus forte au niveau du loyer de sortie pour diversifier davantage les produits offerts aux locataires, en permettant au plus grand nombre de se loger en-dehors d'un logement qualifié de « logement social ».

 

L’équipe de défiscalisationderobien.com remercie Monsieur le député François Scellier de nous avoir accordé cette interview exclusive.

 

 

Source (defiscalisationderobien.com)

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Immobilier
commenter cet article
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 16:46

http://www.globalresearch.ca/coverStoryPictures/18984.jpg

 

La crise actuelle n’est pas une crise comme celles que nous avons connues depuis 1945. La croissance au quatrième trimestre 2009, en France et au Etats-Unis, n’est due (en partie) qu’a un facteur technique transitoire, le moindre déstockage des entreprises. Nous ne sommes pas dans un enchaînement cyclique normal.

Par bien des aspects celle- ci est plus grave que la crise de 1929, en ce qu’elle est doublement globale, affectant à la fois la planète entière et la sphère financière dans sa totalité. Le choc initial a été plus fort qu’en 1929.Pendant les neuf premiers mois, la chute de la production industrielle a été aussi violente qu’en 1929; la chute des cours de la bourse deux fois plus rapide, de même que le recul du commerce mondial.

L’éclatement de la bulle immobilière aux Etats-Unis a été amplifié par l’éclatement de la bulle des produits titrisés, ce qui a eu pour conséquence l’éclatement de la bulle de l’endettement des ménages. Des pertes énormes ont rendu le système financier international insolvable, il n’a pu être sauvé que grâce à l’aide des états, qui se sont endettés dans des proportions considérables.   

Un modèle de croissance basé sur l’endettement des ménages afin de stimuler la croissance a atteint ses limites extrêmes. Une répartition très inégale des richesses et des revenus a fait du crédit un substitut à l’augmentation de ces derniers.

La crise actuelle de l’endettement des états (notamment la Grèce) montre que le risque systémique (risque d’écroulement global du système financier) n’est que le symptôme d’une maladie plus grave : la crise systémique.

La crise de la dette publique montre que notre modèle de croissance est inadapté: La raison du plus fort est toujours la meilleure.

 La crise immobilière aux Etats-Unis a donc eu pour conséquence une crise financière et économique mondiale(1) . Afin de juguler la crise financière les états ont mis en œuvre des politiques monétaires très expansionnistes : intérêts à taux zéro, mesures de détentes quantitatives, nouvelles facilités de crédit, émission d’obligations d’état et rachat d’actifs privés non liquides et à risque, auquel s’ajoute la dépense de sommes colossales pour stabiliser le système financier. On a donc transformé les dettes des banques en dette publique (ou du moins une partie). Les états ont donc fait la pari risqué, que sauver les banques, c’était sauver aussi la croissance et les emplois, en s’endettant massivement.

 

Suite de l'article (mondialisation.ca)

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 12:56
Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie en image
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 11:53

La faille grecque est le symptôme d'un mal plus profond, celui des contradictions de la construction européenne. Au point qu'il apparaît difficile aujourd'hui de savoir si les marchés jouent contre la Grèce ou contre la constitution européenne. N'est-ce pas la seconde qui rend plus vulnérable la première ? La clause de non-sauvetage des traités européens a des effets qui vont bien au-delà de ceux que l'on avait anticipés. Outre qu'elle condamne les pays de la zone euro à la solitude, ce qui est une étrange prémisse à la constitution d'une union, elle fait des marchés les arbitres en dernier ressort des règles budgétaires que s'est données l'union.

 

Il a fallu un peu de temps aux marchés pour le comprendre, mais leur apprentissage est désormais accompli. On savait déjà que le pacte de stabilité incitait les Etats à la créativité comptable - la Grèce ayant excellé dans cet art, sans être, et de loin, le seul pays à s'y être essayé - mais on imaginait moins à quel point la révélation de cette créativité, associée aux yeux grondeurs d'autres pays, aurait des conséquences dévastatrices. Notez que c'est cette association qui a fait problème, autrement comment comprendre que l'Irlande, dont le déficit est de 14,7 % du PIB, ait été traitée si différemment jusque-là ? Est-ce parce que sa fiscalité y est douce aux capitaux, comme le suggère Marcello De Cecco ?

 

Suite de l'article (lemonde.fr)

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 08:34

Capturer-copie-10.JPG

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie en image
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 08:08

 

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie en image
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 00:14
Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Bourse
commenter cet article
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 23:34
Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Bourse
commenter cet article

Présentation

  • : Blog de Marc Candelier
  • Blog de Marc Candelier
  • : Comprendre pourquoi les prix du marché immobilier peuvent monter mais aussi descendre !
  • Contact

IMMOBILIER ET L'ECONOMIE

Bonjour et merci de votre visite,
 

Savez-vous qu’en 1958 un logement valait en moyenne 70 loyers et que 40 ans plus tard, en 1998, il fallait dépenser en moyenne 133 loyers pour devenir propriétaire ? Savez-vous qu’en 2008, au plus haut de la bulle, un logement coutait en moyenne 262 loyers et que les prix étaient surestimés de 80% ? 

 

L'objectif de ce blog est de vous permettre de suivre l’actualité du marché immobilier et de vous aider à comprendre pourquoi les prix peuvent monter mais aussi descendre. Vous pourrez ainsi acheter, vendre ou louer votre logement en sachant exactement où vous mettez les pieds.

 

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter, cela vous permettra d’être informé d'une nouvelle publication. Vous pouvez également réagir à un article en cliquant sur "Ajouter un commentaire" en bas à droite de chaque article.


La plupart des graphiques sont disponibles en version PDF par un simple clic sur l'image. Vous aurez ainsi des documents imprimables de très bonne qualité.

Si de votre côté vous avez un article intéressant à me proposer, n'hésitez pas à me contacter à l'adresse suivante:
bulle.immo160@free.fr

 


Nombre de visites 

un compteur pour votre site

Recherche

">

Geolocalisation