Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 21:53
Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Humour
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 19:03

NurdCartoon

 

 

Cette semaine le CAC40 a cassé le support de son RSI hebdo. C'est pas bon signe pour la suite. Je vous invite à mettre votre parachute !

 

CAC40.jpg

 

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Bourse
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 15:21
Merci à Damien pour cette très belle vidéo
Repost 0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 18:56
Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie en image
commenter cet article
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 07:24

Mobilisation du foncier à coût maîtrisé, constructions plus économiques... Michel Gostoli nous livre ses pistes pour réduire le décalage entre les prix du marché et le pouvoir d’achat des acquéreurs.

 

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Immobilier en image
commenter cet article
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 18:47

Un encadrement des conditions d'octroi des crédits à l'habitat aurait comme effet bénéfique de limiter la hausse des prix de l'immobilier.

 

 

hausse des prix de l’immobilier résidentiel parisien en 2010, près de 21% en quelques semaines selon la chambre des notaires, a déjoué le pronostic des professionnels. Il y a un an, ceux-ci promettaient un marché parisien atone, voire en régression. L’explication communément servie, la pénurie de biens, ne résiste pas à l’épreuve des chiffres. A Paris, il s’est vendu presque autant de biens en 2010 que chaque année entre 2000 et 2006. La population parisienne est globalement stable depuis le début des années 80, de même que le nombre de logements. Et sur l’ensemble de l’Ile de France, il s’est vendu près de 200 000 logements en 2010, soit 40% de plus qu'en 2009.

 

Ce n’est donc pas une prétendue pénurie qui explique la hausse des prix. Car les prix valent ce que peuvent y mettre les acheteurs. Alors que le marché parisien de la location est tout aussi tendu que celui de l’achat, le prix des renouvellements des baux locatifs a crû beaucoup moins vite (50% en 10 ans) que celui des prix à l’achat (250 % en 10 ans). En effet, les loyers sont payés avec les salaires et les revenus n’ont que faiblement augmenté. Tandis que le marché de l’achat est dopé par l’accroissement du budget des acquéreurs, sous l’effet de l’assouplissement continuel des conditions de crédit.

 

 

Suite de l'article (lecercle.lesechos.fr)

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Analyse du marché
commenter cet article
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 11:02

Capture-copie-45.JPG

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Indicateurs
commenter cet article
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 07:29

 

Les niveaux de prix de l’immobilier sont situés aujourd’hui environ 5% au-dessus des plus hauts jamais connus de 2007. Ces prix sont complètement déconnectés de l’évolution des revenus, ce qui fragilise l’immobilier devenu valeur refuge de référence. En effet il est bon de rappeler les deux facteurs qui ont permis à l’immobilier de s’envoler ainsi : la crise des subprimes doublée d’une crise financière qui a affecté la bourse ou les portefeuilles et trésoreries des ménages investis en valeur mobilières et la chute sévère et historique des taux d’emprunt immobiliers permettant aux ménages de regagner en solvabilité.

 

La pierre regagnait ses lettres de noblesses. On se souvient de l’action France Telecom passée de 198 euros à moins de 6 euros un an plus tard. Lorsque les matières premières rebondissent fortement en ce moment (voir graphique Crude Light Oil mis en ligne en 2007) impactant les hausses de prix de l’énergie dans un contexte alimenté par une nouvelle crise pétrolière, cela a pour effet de pousser l’inflation et d’appauvrir les ménages lorsque les salaires restent aux mêmes niveaux. C’est cette inflation que le Président de la BCE entend ainsi juguler.

 

Contrairement aux autres pays frontaliers pratiquant les prêts InFine : remboursement mensuel d’un loyer et ensuite de la totalité de la somme empruntée à l’échéance finale comme en Angleterre ou en Hollande, en France, le niveau déterminant pour emprunter est fixé par la règle du salaire et du fameux ratio de 30%. Même avec de solides garanties, les professions libérales de moins de trois années d’existence restent en dehors du jeu, même avec une IPPD pour hypothèque et une solide caution car les banques aujourd’hui sont devenues frileuses et ne jouent plus leur rôle. On ne prête qu’aux riches.

 

Suite de l'article (cafedelabourse.com)

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Immobilier
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 22:37

Les intelligences sont soumises à la compétition. L'excellence universitaire est mesurable. Dans au moins trois pays, elle est même palpable et ne doit rien au hasard : là, les universités sont dynamiques et bien gérées, les professeurs correctement payés, les étudiants sont écoutés et traités en adultes responsables. Mais objectera-t-on, ces universités de rêve sont privées, coûteuses, élitistes et réservées aux « riches »... clichés infondés : ces établissements sont principalement publics et quand ils ne sont pas gratuits, ils innovent en matière de droits d'admission. Les ressorts de l'excellence universitaire se nomment rigueur dans les recrutements de professeurs, rigueur dans les processus d'évaluation et gouvernance encadrée des établissements. Or l' « excellence » débouche à terme sur la valorisation de l'intelligence... à l'échelle d'un pays. L'enjeu est donc à la fois vital et stratégique.

 

 
Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie en image
commenter cet article
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 22:26

Marc Touati

 

Marc Touati est responsable de recherche économique, financière et stratégique d’Assya Compagnie Financière. Fin novembre, il confiait à LaVieImmo.com sa crainte de voir se reformer la bulle immobilière française. Une crainte confirmée aujourd’hui, selon lui, par les derniers chiffres des Notaires. Publiés jeudi, ceux-ci ont fait état d’une nouvelle accélération de la hausse des prix en France (+9,5 % sur un an au quatrième trimestre 2010), et plus particulièrement à Paris (+17,5 %). L’économiste pronostique une baisse de l’ordre de 5 à 10 % en 2011, et de 20 % environ au cours des deux à trois prochaines années. L’évolution des taux et la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) joueront un rôle primordial dans les variations à venir, de même que l’issue des élections présidentielles de 2012.

 

Suite de l'article (www.lavieimmo.com)

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Immobilier
commenter cet article

Présentation

  • : Blog de Marc Candelier
  • Blog de Marc Candelier
  • : Comprendre pourquoi les prix du marché immobilier peuvent monter mais aussi descendre !
  • Contact

IMMOBILIER ET L'ECONOMIE

Bonjour et merci de votre visite,
 

Savez-vous qu’en 1958 un logement valait en moyenne 70 loyers et que 40 ans plus tard, en 1998, il fallait dépenser en moyenne 133 loyers pour devenir propriétaire ? Savez-vous qu’en 2008, au plus haut de la bulle, un logement coutait en moyenne 262 loyers et que les prix étaient surestimés de 80% ? 

 

L'objectif de ce blog est de vous permettre de suivre l’actualité du marché immobilier et de vous aider à comprendre pourquoi les prix peuvent monter mais aussi descendre. Vous pourrez ainsi acheter, vendre ou louer votre logement en sachant exactement où vous mettez les pieds.

 

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter, cela vous permettra d’être informé d'une nouvelle publication. Vous pouvez également réagir à un article en cliquant sur "Ajouter un commentaire" en bas à droite de chaque article.


La plupart des graphiques sont disponibles en version PDF par un simple clic sur l'image. Vous aurez ainsi des documents imprimables de très bonne qualité.

Si de votre côté vous avez un article intéressant à me proposer, n'hésitez pas à me contacter à l'adresse suivante:
bulle.immo160@free.fr

 


Nombre de visites 

un compteur pour votre site

Recherche

">

Geolocalisation