Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 21:40

http://i.agoravox.fr/local/cache-vignettes/L300xH319/D-13-2-40d7c.jpg

 

La FED a décidé de garantir des taux d’intérêt proches de zéro pendant deux ans. Certes, la bourse a réagi comme il se doit, avec enthousiasme et ferveur, passant de quelques points dans le vert. Et bien évidemment, les bourses européennes vont réagir à la hausse. Le grand sorcier de la banque centrale américaine a décidé de faire pleuvoir des dollars adossés à un taux directeur quasiment nul. Traduction officielle : que de bonnes nouvelles pour l’économie et toutes ces entreprises qui vont pouvoir investir. Que de relances à venir. Que de croissance en perspective. Hélas, ces déclarations lancées sans aucun recul par les journalistes ne résistent pas à une analyse économique de la situation.

L’argent facile pour les marchés, c’est ce qui s’est passé depuis une décennie au moins, avec des mesures pour contrer le marasme consécutif aux attentats de septembre 2001 mais aussi au dégonflement de la bulle des nouvelles technologies. D’ailleurs, les grandes industries ont aussi vu décrocher leurs titres, le Dow Jones perdant presque la moitié de sa valeur au début des années 2000, lorsque les GI ont envahi l’Irak, alors que le Nasqad chutait lentement mais abyssalement, passant d’un sommet à 5000 vers un plus bas proche des 1000 points juste avant 2003. Traduction pour le commun des citoyens : la FED prend des mesures similaires à celles qui ont conduit à la crise financière de 2007 et la crise de la dette commencée en 2010. C’est comme si on conseillait à un patient fiévreux d’utiliser une bouillotte. On peut aussi imaginer la situation d’une discothèque qui, après une bagarre de clients très alcoolisés, décide de calmer tout le monde en décidant de prolonger de deux heures l’open bar !

 

Suite de l'article (agoravox.fr)

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie
commenter cet article
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 21:08

Près de 46 millions d'Américains, soit 15 % de la population, vivait en avril 2011 grâce à des bons alimentaires, a indiqué vendredi 5 août le ministère de l'agriculture des Etats-Unis. Ce chiffre record a augmenté de 2,5 % entre mai 2010 et avril 2011.

 

 

Les Etats où les allocataires sont les plus nombreux sont le Texas (3,9 millions), la Californie (3,7 millions), la Floride (3 millions) et New York (3 millions). L'Alabama, Etat du Sud, a pour sa part doublé le nombre de ses allocataires, passant de 800 000 à plus de 1,7 million. Ce bond spectaculaire est dû en grande partie, selon un responsable du ministère, à la série de tornades qui a touché fin avril cet Etat, faisant 210 morts, plus de 1 700 blessés et des destructions massives.

 

Suite de l'article (lemonde.fr)

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans C'est possible
commenter cet article
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 21:50
Merci à Thierry pour cette vidéo
Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Bourse
commenter cet article
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 20:20

Rien n’y fait, pas encore remises de la crise de 2008, les places boursières restent sourdes aux annonces des dirigeants suite à la décote de la dette américaine. Après les Etats-Unis et l’Asie, celles d’Europe dégringolent, et l’or continue d’être la valeur refuge. 

.  

Capture-copie-73.JPG

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie en image
commenter cet article
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 19:50

C’est le Financial Post qui rapporte cette statistique incroyable, l’entreprise de Steve Jobs a maintenant plus de liquidités que l’Oncle Sam lui-même.

 

http://www.presse-citron.net/wordpress_prod/wp-content/uploads/WWDC201111.png

 

Bien qu’il soit peu probable que Barack Obama demande au CEO et fondateur d’Apple un prêt ou même une petite rallonge d’argent de poche, il n’en reste pas moins que depuis le 28 juillet, la plus grande entreprise technologique au monde a maintenant plus de cash en réserve que le gouvernement de la première puissance mondiale.

 

Alors qu’aux Etats-Unis en ce moment les républicains et le démocrates continuent de travailler vers un compromis sur le plafond d’endettement du pays, le département du Trésor américains déclarait jeudi avoir une balance opérationnelle de 73,768 milliards de dollars. De son côté Apple a annoncé disposer de la bagatelle de 75,876 milliards de dollars à la fin du mois de Juin.

 

Suite de l'article (presse-citron.net)

 

Merci à Damien pour cet article

Repost 0
Published by Marc Candelier - dans C'est possible
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 20:34
Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Crise Européenne
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 20:28
Discours de François ASSELINEAU lors d'une réunion des adhérents et sympathisants d'Ile-de-France de l'UPR, le 13 février 2010 à Paris.

Dans un dossier de 2004 qui s‘appelle le « basculement du Monde », François ASSELINEAU avait prévu les conséquences de la Dette américaine !

Ce dossier avait été lu par Nicolas Sarkozy, Ministre des Finances à l’époque et à Claude Guéant qui lui était secrétaire général de l'Elysée.
 
.
 
Repost 0
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 21:14
Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Politique et économie
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 11:57
La dette publique française est d’abord due aux intérêts payés aux établissements financiers auxquels nous avons emprunté. Pourquoi ? Parce que la loi Pompidou-Giscard du 3 janvier 1973, puis l’article 104 du traité de Maastricht, puis l’article 123 du traité de Lisbonne ont ôté le droit de création monétaire à la Banque de France et livré la monnaie aux banques et sociétés d’assurance. La dette fin 1979 était de 239 milliards d’euros, fin 2008 elle s’établit à 1327 milliards d’euros, soit une hausse de 1088 milliards en 30 ans, pendant lesquels nous avons payé 1306 milliards d’intérêts ! 
Repost 0
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 11:37

 Samedi 20 Mars 2010

 

http://www.marianne2.fr/photo/art/default/916445-1084172.jpg?v=1297163968

 

Le constat que vous faites dans vos travaux sur le manque d’autonomie des différentes sphères de l’économie est particulièrement pertinent pour analyser la crise actuelle du monde de la finance…

Il faut comprendre que les conditions de l’évaluation financière, la manière dont les financiers regardent le monde est quelque chose qui est très fortement unifié. Dans les systèmes sociaux antérieurs, à côté de la puissance financière, il y avait la puissance industrielle, il y avait la puissance politique, il y avait la puissance salariale. On se trouvait ainsi dans des systèmes complexes, avec des rapports de pouvoir tout aussi complexes mais qui en définitive produisait une certaine stabilité de l’ensemble.

Aujourd’hui, la tendance est à l’homogénéisation, à l’unification de toutes les sphères avec, au centre du système, la finance, l’évaluation financière, les droits financiers… Tous les aspects de notre vie d’aujourd’hui, sont plus ou moins liés à ces questions financières. Cela modifie profondément le système car il n’y a plus vraiment de contre-pouvoir face à l’omniprésence de la finance.

D’où cette question centrale : comment peut-on réguler la finance alors qu’il n’existe pratiquement plus de contre-pouvoir qui puisse faire valoir son projet, ses anticipations, ses intérêts ? Il se trouve qu’aujourd’hui même le régulateur, en l’occurrence l’Etat, a fait siens les intérêts dérégulés…

Si les responsables politiques ont le même « logiciel » que celui de la finance, il n’y a plus personne d’extérieur pour modifier la donne…

Absolument… Il ne faut pas voir cela comme une espèce de manipulation diabolique des esprits… mais il est clair qu’aujourd’hui, les idées sont modelées par cette vision financiarisée du monde. Il est très difficile de penser autrement, d’avoir une action extérieure aux critères de la finance…

 

Suite de l'article (marianne2.fr)


Repost 0
Published by Marc Candelier - dans Economie
commenter cet article

Présentation

  • : Blog de Marc Candelier
  • Blog de Marc Candelier
  • : Comprendre pourquoi les prix du marché immobilier peuvent monter mais aussi descendre !
  • Contact

IMMOBILIER ET L'ECONOMIE

Bonjour et merci de votre visite,
 

Savez-vous qu’en 1958 un logement valait en moyenne 70 loyers et que 40 ans plus tard, en 1998, il fallait dépenser en moyenne 133 loyers pour devenir propriétaire ? Savez-vous qu’en 2008, au plus haut de la bulle, un logement coutait en moyenne 262 loyers et que les prix étaient surestimés de 80% ? 

 

L'objectif de ce blog est de vous permettre de suivre l’actualité du marché immobilier et de vous aider à comprendre pourquoi les prix peuvent monter mais aussi descendre. Vous pourrez ainsi acheter, vendre ou louer votre logement en sachant exactement où vous mettez les pieds.

 

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter, cela vous permettra d’être informé d'une nouvelle publication. Vous pouvez également réagir à un article en cliquant sur "Ajouter un commentaire" en bas à droite de chaque article.


La plupart des graphiques sont disponibles en version PDF par un simple clic sur l'image. Vous aurez ainsi des documents imprimables de très bonne qualité.

Si de votre côté vous avez un article intéressant à me proposer, n'hésitez pas à me contacter à l'adresse suivante:
bulle.immo160@free.fr

 


Nombre de visites 

un compteur pour votre site

Recherche

Geolocalisation