Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 21:24

par Henry BUZY-CAZAUX

 

 

Bien sûr, il faut relativiser l’importance des titres de presse. Mais tout de même, ils rendent compte des discours ambiants et des idées dominantes : « Immobilier, c’est reparti ». Je n’en prends qu’un exemple, choisi pour sa couverture par un grand hebdomadaire, que j’apprécie au demeurant. Pour autant, je trouve qu’on tombe dans l’excès, ou qu’en tout cas il faut préciser et que le genre de la titraille, parce qu’il force à la caricature, n’est pas adapté à la nécessaire nuance à apporter au constat du rétablissement du malade immobilier. On va un peu vite en besogne. Et quand on se plonge dans le dossier, c’est-à-dire derrière le titre évocateur, on reste encore sur l’impression que le moral est à l’enthousiasme et la liesse : la crise est finie.

 

Suite de l'article (nouvelobs.com)

Partager cet article
Repost0

commentaires

B


@courtier-or


J'entends vos arguments et les partage. Il n'en reste pas moins vrai que l'investissement immobilier constitue la pierre angulaire de la vie patrimoniale du citoyen moyen.


Rester locataire  avec la certitude d'un salaire divisé par deux lors de la retraite n'incite pas à ne rien faire.  Protéger son épargne et définir un véhicule d'investissement est en
cette période très difficile. Déflation dans un premier temps puis inflation, ou bien encore stagflation les hypothèses sont nombreuses et les solutions différentes. L'immobilier s'il rejoint la
tendance long terme de la courbe est une protection contre l'inflation, les salaires la suivront certainement pour parer à toute explosion sociale. La monnétisation est la seule solution alors
l'immobilier n'est pas une mauvaise solution avec des tarifs plus logiques, sinon quoi d'autre ?


 



Répondre
C


@Bruno


 


75% des français est imposé à IRPP uniquement : Pas de BIC / BA / BNC , pas de revenu de capitaux mobiliers,  bref pas d'autre souce de revenu sauf le salaire ou la retraite.


3 français sur 4 n'ont pas d'autre source de revenu, sauf le salaire ou leur retraite.


Si je me place dans cette position, votre choix " cornélien " me fera parier sur la stabilité d'un univers économique sur 20 ou 25 ans et surtout sur la stabilité de mon revenu que je peux perdre
du jour au lendemain, avec la garantie de perçevoir le chômage pendant 12 mois, puis plus rien.


Vous avez déjà entendu parler de l'effet ciseaux ?


Chacun son truc, Bruno. Vous proposez un choix cornélien aux primo accédants , moi je leur envoie un mise en garde :


Nous arrivons à la fin d'une époque, à la fin d'une logique économique et à la fin d'un mode de vie manifestement au dessus de nos moyens.


En vingt ans, le monde aura changé dix fois et votre revenu va devoir s'ajuster au mouvement général du niveau de vie en France : C'est à dire vers le bas.


En achetant un crédit à 20 ans, vous pariez sur la stabilité et sur la continuité de la logique économique qui vous a déjà fait chômeur au moins une ou deux fois dans votre vie et qui va remettre
le couvert sans problème.


Pensez plutôt, comment vous allez vivre dans un univers beaucoup plus dur, sans les avantages sociaux et avec un pouvoir d'achat bien moindre, au lieu de rêver de richesses et vous retrouver à la
rue ou prisonnier d'un bien invendable.


Si vous devez connaître des difficultés, la mobilité vous rendra plus de services qu'un attachement au bonheur pavillonnaire.


Mais encore une fois, au cas par cas , les choses peuvent être différentes, c'est pour cela qu'il n'est pas inutile de recourir aux services d'un consultant qui connaît la situation macro et
micro-économique de l'endroit où vous voulez acheter.


Et à moins de les avoir dans votre famille : Ne faites JAMAIS confiance à un agent immobilier, notaire ou avocat !


Personnellement, je ne gagne rien à écrire cela ici, seulement j'ai une famille et je vois des familles en difficulté autour de moi.


Ne détruisez pas la vie de vos enfants avec vos dettes !!!


Bonne soirée.



Répondre
M


 


A courtier-or


Je vois que nous sommes sur la même longueur d'onde !



B


Difficile à dire


En simulation d'un emprunt de 220000 € sur 15 ans


avec un taux de 3,5% on a un coût global de crédit de l'ordre de 70000 € ce qui revient en côut d'acquisition total de 290000 €


avec une chute des prix de 30 % soit 160000 € empruntés sur 15 ans


à 6% on à un crédit de 90000€ soit un oût total d'acquisition de 250000€


à 8% crédit de 120000 €, coût total de 280000 €


Le choix est cornélien, c'est presque un pari sur les taux futurs.



Répondre
M


Une bonne affaire se fait à l'achat !


Ne pas oublier qu'il faut également trouver des locataires capables de payer les loyers qui vous permettrons d'obtenir un revenu à la hauteur de l'investissement. A votre avis les
retraites et les salaires vont baisser ou augmenter ? Nous avons aussi une grosse dette à rembourser. A votre avis les impôts vont augmenter ou baisser ? Globalement pensez-vous que le
pouvoir d'achat des français va augmenter dans les années qui viennent ?


 


 


 


 



D


Les français préfèrent rester en location en cas de chômage et ils ont bien raison: ne pas compter sur les assurances et autres délicatesses du banquier.Dans cette situation les français
retournent vivre dans la famille (parents..). Pour ce qui n'en ont pas, essentiellement les immigrés et pauvres de naissance, et bien le problème est réglé, ils restent pauvres.. ces gens
commencent par acheter une machine à laver à crédit alors la maison, on y est pas.


La flambée des prix de Paris n'est pas celle de la France, il ya des coins où ça baisse en continue. Et oui, comme dit Mélenchon, "quand il reste que les coiffeurs et les assureurs", c'est
difficile de faire tourner la musique de la croissance et du  manque de logements.


Enfin, la crise sociale qui s'annonce associé au soutien inconditionnel au secteur immo annonce un joli cocktail explosif, que les journaux l'aient annoncé ou pas.


 



Répondre
C


@ Bruno


 


Les taux d'intérêt sont de la poudre aux yeux. Le véritables driving factors de l'achat de l'immobilier sont : LE PRIX et LA POSITION du bien qu'il achète.


La rhètorique des taux d'intérêt a bien fonctionné jusqu'à un certain juillet 2007 et l'explosion du premier pack des prêts immobiliers aux USA :


On ne le repètera jamais assez : LES SUBPRIMES SONT DES PRETS IMMOBILIERS CONTRACTES GRACE AUX TAUX D'INTERET ANORMALLEMENT BAS,
ISSUS DE LA SITUATION DE KRACH DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DU NASDAQ.


IL Y A EU DES SUBPRIMES, QU'ON A PU VENDRE AUX PAUVRES, EN LEUR FAISANT MIROITER LA PROPRIETE ( UN APANAGE DE RICHE ) 
A CAUSE DES PRIMES BASSES.


Le taux bas associé à une durée hallucinante de 20 - 25 ans est un dispositif qui ne peut pas fonctionner pour un primo-accédant d'une résidence principale :


Et pour cause, il n'est pas fait pour fonctionner et vous faire accèder à la propriété, mais pour vous endetter !


Encore une fois, je ne parle pas de la situation d'un spéculateur ou d'un investisseur qui s'endette pour acheter un actif censé générer un revenu. Là , la situation est bien différente.


L'investisseur s'enrichit par la propriété, l'acquêreur de la résidence principale s'appauvrit. S'il est riche,
c'est pas grave. S'il dépend uniquement de son salaire, c'est très dangereux.


Le seul facteur financier à suivre, pour un primo-accèdant salarié est le prix !


Les acheteurs grecs espagnols irlandais et britanniques en font
déjà l'expérience. Renseignez-vous.


L'autre facette de l'achat : La position du bien par rapport aus
bassins d'emploi, écoles et à la qualité du quartier.


J'ai fait une présentation ici :


 


http://www.courtier-or.fr/int/index.php/79-immobilier-en-2010.html


 


Et une dernière chose. Justement à cause de cette externéité du
positionnement, le krach va baisser les prix de manière très inégale.


Il y aura des endroits où l'immobilier ne vaudra strictement rien :
vingt mille euros d'ujourd'hui, et moins : voir le lien que j'ai laissé plus bas qui pointe vers le site des foreclosures américaines.


Et il y aura des endroits où l'immobilier vaudra toujours très
cher, malgré la baisse du prix qu'il va enregistrer obligatoirement  :


Ex : Paris intra-muros.


 


A +





 


 



Répondre

Présentation

  • : Blog de Marc Candelier
  • : Comprendre pourquoi les prix du marché immobilier peuvent monter mais aussi descendre !
  • Contact

IMMOBILIER ET L'ECONOMIE

Bonjour et merci de votre visite,
 

Savez-vous qu’en 1958 un logement valait en moyenne 70 loyers et que 40 ans plus tard, en 1998, il fallait dépenser en moyenne 133 loyers pour devenir propriétaire ? Savez-vous qu’en 2008, au plus haut de la bulle, un logement coutait en moyenne 262 loyers et que les prix étaient surestimés de 80% ? 

 

L'objectif de ce blog est de vous permettre de suivre l’actualité du marché immobilier et de vous aider à comprendre pourquoi les prix peuvent monter mais aussi descendre. Vous pourrez ainsi acheter, vendre ou louer votre logement en sachant exactement où vous mettez les pieds.

 

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter, cela vous permettra d’être informé d'une nouvelle publication. Vous pouvez également réagir à un article en cliquant sur "Ajouter un commentaire" en bas à droite de chaque article.


La plupart des graphiques sont disponibles en version PDF par un simple clic sur l'image. Vous aurez ainsi des documents imprimables de très bonne qualité.

Si de votre côté vous avez un article intéressant à me proposer, n'hésitez pas à me contacter à l'adresse suivante:
bulle.immo160@free.fr

 


Nombre de visites (30/07/2021)

5 029 588

Recherche

Map">

Geolocalisation