Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 22:20

 

Capturer-copie-7.JPG 

Capturer-copie-6.JPG

Partager cet article
Repost0

commentaires

O


Mes réactions ne sont pas du tout les mêmes que celles que j'ai eu il y a 30 ans, en 1981. Mitterand incarnait l'espoir d'un changement après des décennies de droite pesante. En 2007 je n'ai
pas été voté parce qu'avoir le choix entre la peste et le choléra, ce n'est pas un choix. Il était évident que ni Sarkosy, ni Royal n'était des candidats de l'envergure permettant
de diriger la France. D'ailleurs, tu parles de FMI et le candidat préféré des français est Strauss-Kann, qui était d'accord sur la réformedes retraites et appliquera également une politisue
d'austérité si c'est lui qui est élu.


Hormis ça, la disparition des services publics n'a rien à voir avec la droite mais avec l'Europe, un concept que le PS a également défendu et que l'on n'a pas finit de payer.


Il ne faudrait pas oublier que tous les gouvernements successifs (sauf quand Barre était ministre sauf erreur) ont participé à l'augmentation de la dette, que le gouvernement soit de gauche ou de
droite.



Répondre
J


Vos réactions sont les mêmes que celles qui prévalaient en 1981.


Aujourd'hui, il y une nouvelle donne : la puissance de la finance.


La France est un pays riche qui se retrouve endetté parce que le revenu financier a cru 10 fois plus vite que le revenu salarial à coup d'éxonérations et d'avantages fiscaux en tout genre ainsi
que de pressions sur les salaires et les contrats de + en + précaires. La richesse produite est détournée, elle ne profite pas à ceux qui travaillent et c'est comme cela que l'Etat se retrouve
endetté et obligé d'emprunter à ceux-là même à qui il a fait bénéficié d'avantages fiscaux. La boucle est bouclée. La France prend la même direction que les pays en voie de développement soumis
aux régulations structurelles du FMI : politique du cash and carry, liquidation des services publics, précarité et sacrifices imposés de manière autoritaire et dogmatique, possession de
l'économie par les multinationales et les fonds d'investissements étrangers, chantage à la dette irremboursable.



Répondre
O


Oui, comme en 1981, sauf que la situtation économique n'était pas la même.


Je pense que Marie-Noelle ne représente qu'un courant du PS, un courant qui pense qu'il suffit de faire payer les riches (et les classes moyennes) pour résoudre tous les problèmes. 


Elle a énoncé un certain nombre de poncifs chers aux PS. Exemple quand Attai dit que l'immigration est une chance pour la France, il est clair qu'il parle d'une immigration choisie comme au
Canada. Marie-Noelle parle des actions récentes de l'Etat qui concernent l'immigration subie, ce qui n'a rien à voir.


Elle parle de lancer un grand emprunt pour capter l'argent placé par les épargnants. On devrait lui dire que l'assurance-vie en euros est le plus souvent de l'emprunt d'Etat. Donc pourquoi les
épargnants déplaceraient de l'argent de leur assurance-vie en euros (donc de la dette d'Etat) pour un emprunt d'Etat??


Là-dessus Attali a tort en regrattant que les Français sont hostiles au risque. Dois-je rappeller que la taxe sur les plus-values d'un compte-titres est passé de 0 à 33% en deux ans et que les
dividendes sont taxé deux fois: une fois par l'impôt sur les sociétés et une autre fois sur les revenus de celui qui les perçoit. On va bien voir ce que donnera la remise à plat de la fiscalité
en 2011 mais j'ai quand même l'impression que le rabottage des niches fiscales a été fait sans mesurer quelles en seraient les conséquences.



Répondre
O


Marie-Noëlle Lienemann, semblable à elle-même. Il n'y a pas longtemps elle attaquait en justice les producteurs de l'émission reproduisant l'expérience de Milgram. Là, elle critique un rapport
sans l'avoir lu.


Ce que l'on peut retirer de ses propos, à supposer qu'elle représente la vision du parti socialiste, c'est que ceux-ci continueront à créer des fonctionnaires et à augmenter les impôts s'ils
reviennent au pouvoir.


 



Répondre
M


Comme en 1981



Présentation

  • : Blog de Marc Candelier
  • : Comprendre pourquoi les prix du marché immobilier peuvent monter mais aussi descendre !
  • Contact

IMMOBILIER ET L'ECONOMIE

Bonjour et merci de votre visite,
 

Savez-vous qu’en 1958 un logement valait en moyenne 70 loyers et que 40 ans plus tard, en 1998, il fallait dépenser en moyenne 133 loyers pour devenir propriétaire ? Savez-vous qu’en 2008, au plus haut de la bulle, un logement coutait en moyenne 262 loyers et que les prix étaient surestimés de 80% ? 

 

L'objectif de ce blog est de vous permettre de suivre l’actualité du marché immobilier et de vous aider à comprendre pourquoi les prix peuvent monter mais aussi descendre. Vous pourrez ainsi acheter, vendre ou louer votre logement en sachant exactement où vous mettez les pieds.

 

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter, cela vous permettra d’être informé d'une nouvelle publication. Vous pouvez également réagir à un article en cliquant sur "Ajouter un commentaire" en bas à droite de chaque article.


La plupart des graphiques sont disponibles en version PDF par un simple clic sur l'image. Vous aurez ainsi des documents imprimables de très bonne qualité.

Si de votre côté vous avez un article intéressant à me proposer, n'hésitez pas à me contacter à l'adresse suivante:
bulle.immo160@free.fr

 


Nombre de visites (30/07/2021)

5 029 588

Recherche

Map">

Geolocalisation