Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 21:45

sur la Libre Antenne de Meta TV

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

marine 11/02/2014 06:34


Pappy veut nous faire croire qu'il est un jeune et pacifique enseignant.


 Pas un mot plus haut que l'autre. Onction et componction. Il va nous faire pleurer.


Culs bénits de tous les pays, unissez-vous.

Pappy 10/02/2014 09:53


Deuxième Journée de Retrait de l’Ecole pour l’interdiction de la théorie du genre sous toutes ses formes et dans tous les établissements scolaires publics ou privés
sous contrat. Pour la suppression complète de cette idéologie dangereuse de tous les programmes scolaires, de la maternelle au lycée.


 


Comment justifier cette absence dans le carnet de liaison de l’enfant ?


Ce communiqué vous informe de vos droits concernant le motif à déclarer dans le carnet de liaison de votre enfant pour justifier la Journée de retrait de l’école (JRE) ce lundi 10 février 2014.


Nous vous prévenons 48 heures à l’avance pour vous épargner d’éventuelles pressions qui se font jour actuellement de la part de certains agents de l’Éducation nationale. Pressions, harcèlement
qui déshonorent leurs auteurs !


Nous vous proposons cette fois-ci d’inscrire le motif suivant sur le carnet de liaison de votre enfant :



Réunion solennelle de famille



Pourquoi ce motif ?


Des chefs d’établissements, des inspecteurs de l’Éducation nationale, à la demande de Vincent Peillon, Ministre de l’Éducation nationale, ont convoqué des parents sous le prétexte que notre
premier motif de retrait du mois de janvier n’était pas recevable, comme si nos enfants leur appartenaient. En vérité, nous, parents, sommes libres de garder nos enfants une journée par mois à la
maison, surtout en la circonstance !


Le site du Service public indique quatre motifs d’absence « autorisée ». Dès lors que le motif est reconnu, il ne peut pas être considéré comme irrecevable par l’Éducation nationale.
C’est pourquoi vous pouvez recourir à ce motif qui vous protège des tentatives d’intimidation.


La première JRE a rendu célèbre notre action pour sauver la pudeur et l’intégrité de nos enfants. Malgré toutes les calomnies, nous avons gagné la première bataille : le site de la Ligne
Azur vient de se retirer de l’Internet ; de nombreux documents officiels faisant la promotion de l’idéologie du genre ont disparu comme par miracle, eux aussi, des sites gouvernementaux.


De plus, grâce à la JRE, la présence de la théorie du genre dans les classes apparaît jour après jour comme une réalité, bien qu’elle soit qualifiée de « folle
rumeur » par le Ministère et ses médias. Des personnalités de plus en plus nombreuses confirment que l’idéologie du genre, sous couvert notamment de l’« ABCD de l’égalité »,
est d’ores et déjà bel et bien en œuvre dans les programmes scolaires, à titre expérimental, et sera généralisée à partir de la rentrée de septembre 2014.


Le site officiel du Service
Public mentionne la liste des absences « autorisées » :


 



Pappy 10/02/2014 09:18


J’ai mis pas mal de temps à me décider à vous écrire, mais je sens, non pas confusément mais au plus profond de moi et de mes convictions, que nous arrivons à un
tournant dont je ne sais si nous parviendrons, peuple de France, à le négocier.


J’assure la gestion financière et matérielle d’un collège public depuis plusieurs années. Je suis dans cette contradiction fondamentale des fonctionnaires nationalistes, patriotes, de servir un
État dans lequel on ne croit plus. Je ne crois pas me tromper en disant que nombre de fonctionnaires ressentent cet immense malaise d’être obligés de continuer à travailler pour l’entité sioniste
qui nous sert de gouvernement. Nous ne pouvons faire autrement ; comme chacun, nous sommes pris dans nos contraintes matérielles, qui rendent pour le moment impossible l’alignement de nos
convictions et de ce qui nous permet de subvenir aux besoins de nos familles.


Pour autant, en particulier dans mon établissement, les pièces se mettent à bouger, et les masques tombent. L’affaire Dieudonné a donné lieu à des séances de cours d’éducation civique plutôt
contestables, où était reprise la doxa officielle médiatique et politicienne concernant l’humoriste honni. Mon syndicat a repris, dans son mot de bonne année, la phraséologie officielle :
antisémite, nauséabond, j’en passe et des meilleures. Autant dire que personnellement, grand fan de Dieudo, je me suis senti très mal au milieu d’un environnement hostile. J’en viens à désespérer
de la capacité des enseignants à se sortir des schémas classiques de la gauche-synonyme-de-progrès, à s’éduquer autrement qu’en lisant le Nouvel Obs ou en
regardant la télévision.


J’ai parlé avec mon chef d’établissement du malaise que je ressentais lorsque j’ai su que l’affaire Dieudonné servait de support à un cours d’éducation civique, compte tenu de la fraîcheur de
l’évènement, de son caractère polémique, et de l’orientation particulièrement partiale du cours qui obligeait l’élève à mentir pour donner des réponses conformes à ce qu’attend l’enseignant
convaincu que Dieudo est un antisémite et que la quenelle est effectivement, à bien y regarder, un salut nazi. En somme, je suis sorti de la réserve qui sied à tout fonctionnaire, car j’estimais
qu’un enseignement qui force les élèves à donner des réponses mensongères est par essence un enseignement dangereux. La réaction de ce chef d’établissement a été mesurée, mais teintée d’influence
Canal+... Bref.


Heureusement, si la quasi-totalité des enseignants de mon établissement sont apparemment des causes perdues, l’espoir renaît avec ce que l’on appelle le petit personnel, mes plus proches
collaborateurs : agents d’entretien, de restauration, secrétaires... Eux ont commencé à se rééduquer. C’est douloureux, c’est difficile, car comme chacun qui découvre l’arnaque de la
démocratie actuelle, la réalité du pouvoir et par qui il s’exerce, la « pression irrésistible » (pour citer Douglas Reed) qui pèse sur le pays, on tombe de haut. Il faut dire que
suivant E&R depuis 2008, j’ai mis le paquet et fait l’éloge du présent site, conseillé certains livres, recommandé des vidéos... Une agent m’avouait il y a trois jours que ces révélations, ce
décrassage en règle de sa vision du monde l’avait totalement bouleversée, et que parfois, chez elle, cela la dépassait tellement qu’elle en pleurait. Tous, je dis bien tous, ont cessé de regarder les informations et les jeux télévisés ; ils me disent qu’ils ne voient plus rien de la même façon. Ils se jettent sur Internet chez eux pour
s’informer. C’est une sacrée victoire, car quand la graine est semée, il n’y a plus de retour en arrière possible.


Nous comprenons, ensemble, l’importance du combat éminemment mystique qui se déroule sous nos yeux. Comme dirait Pierre Hillard, c’est le combat de l’Église contre le Temple. Certains de mes
collaborateurs se sont replongés dans le Nouveau Testament. Revenir à la source de ce texte essentiel, qui dépeint Jésus comme un combattant (en tant que catholique pratiquant, c’est ainsi que je
le vois) est absolument nécessaire et vital.


Ma collaboratrice est musulmane. Nous avons des discussions absolument passionnantes sur la foi, et sur la nécessité de mettre cette foi au service de l’insoumission. Difficile à croire, me
direz-vous, étant donné notre qualité de fonctionnaires... Certes, mais à notre échelle, nous essayons, par petites touches, de ne plus tout accepter. Autant dire, par exemple, que les fascicules
pédagogiques sur le Mémorial de la Shoah ne parviennent jamais jusqu’aux élèves... Ils se perdent inexplicablement dans l’établissement. J’attends avec impatience tous les types de documents qui
vont atteindre le collège concernant la théorie du genre... il va y avoir du sabotage en règle.


Pour terminer, un peu bêtement, sur une note pessimiste, ceux, dans mon milieu professionnel, qui ont accepté de prendre conscience de l’intolérable main-mise d’Israël sur la France et nos
institutions, du chaos mondial que provoque le sionisme, en conçoivent une colère sourde, d’où peut émerger le pire ; je me dis que le spectre de la guerre civile plane sur ce pays, et ce
serait un grand malheur si elle venait à éclater. Mais si tel est le cas, que jamais ne soit jeté l’anathème sur ceux qui ont osé rester debout plutôt que se soumettre : Alain Soral, Dieudo,
Farida Belghoul... Ne jamais oublier qui a provoqué le chaos en première instance.


Je prie le Seigneur d’accorder sa protection et sa bienveillance aux dissidents, croyants, non-croyants, quel que soit leur culte ; j’aimerais pouvoir faire plus, mais c’est avec tout
l’amour pour mon pays et pour ceux qui le chérissent que j’adresse ces prières. Nous arrivons maintenant au temps des révélations et des choix. Que Dieu nous garde tous.

Présentation

  • : Blog de Marc Candelier
  • : Comprendre pourquoi les prix du marché immobilier peuvent monter mais aussi descendre !
  • Contact

IMMOBILIER ET L'ECONOMIE

Bonjour et merci de votre visite,
 

Savez-vous qu’en 1958 un logement valait en moyenne 70 loyers et que 40 ans plus tard, en 1998, il fallait dépenser en moyenne 133 loyers pour devenir propriétaire ? Savez-vous qu’en 2008, au plus haut de la bulle, un logement coutait en moyenne 262 loyers et que les prix étaient surestimés de 80% ? 

 

L'objectif de ce blog est de vous permettre de suivre l’actualité du marché immobilier et de vous aider à comprendre pourquoi les prix peuvent monter mais aussi descendre. Vous pourrez ainsi acheter, vendre ou louer votre logement en sachant exactement où vous mettez les pieds.

 

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter, cela vous permettra d’être informé d'une nouvelle publication. Vous pouvez également réagir à un article en cliquant sur "Ajouter un commentaire" en bas à droite de chaque article.


La plupart des graphiques sont disponibles en version PDF par un simple clic sur l'image. Vous aurez ainsi des documents imprimables de très bonne qualité.

Si de votre côté vous avez un article intéressant à me proposer, n'hésitez pas à me contacter à l'adresse suivante:
bulle.immo160@free.fr

 


Nombre de visites (01/08/2020)

4 926 724

Recherche

Map">

Geolocalisation