Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 17:56

Suite au battage médiatique sur le rebond violent des transactions au printemps, suivi de peu par l'annonce par la FNAIM d'une progression tonitruante de 3,9% au deuxième trimestre, soit une progression digne des meilleurs trimestres transaction jamais enregistrés, nous avions émis quelques doutes sur la nature et l'ampleur de ce rebond. Les résultats d'autres groupes de professionnels de l'immobilier donnent maintenant une toute autre impression du marché. Voyons ce que nous apprennent ces chiffres et comment les interpréter.

 

La communication des notaires.

Les notaires sont des professionnels qui vivent de l'immobilier, que ce soit sous la forme d'une activité annexe de transaction, transaction ou sous la forme des frais qu'ils encaissent à chaque transaction. Néanmoins, les chiffres qu'ils collectent sont traités par l'INSEE, un organisme statistique indépendant, dont les publications sont exemptes de la saine suspicion avec laquelle on devra prendre les publications des professionnels directement intéressés, et dont la méthodologie est connue.

Leur analyse est bien plus sombre que le tableau idyllique du marché dressé en début de mois, et ils anticipent une poursuite de la baisse des prix et des transactions toute l'année durant. Certes, ils se permettent d'exclure dans leur note de conjoncture une baisse de 40%. Voilà un aveu qui veut tout dire, surtout si l'on le couple à l'article écrit par M. Friggit, et validé par leur commission éditoriale, qui conclut que les prix ont entam un retour vers leur tunnel historique, mais qu'ils n'en restent pas moins surévalués de 50%. Ce qui voudrait dire qu'une baisse de 33% n'est pas à exclure, même si M. Friggit s'abstient bien de se hasarder à pronostiquer une vitesse de baisse.

Suite de l'article (cotation-immobiliere.fr)



Dans cet article on trouve un graphique très intéressant qui compare les prix aux revenus des populations aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, et en France. Et surprise :



La France serait le pays où l'immobilier est le plus cher, bien plus cher que ce que l'on a pu voir Outre-Manche et Outre-Atlantique aux pires heures de leurs bulles immobilières. Une réalité qui n'était pourtant jusqu'ici que mentionnée en pointillée dans des publications spécialisées.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Blog de Marc Candelier
  • : Comprendre pourquoi les prix du marché immobilier peuvent monter mais aussi descendre !
  • Contact

IMMOBILIER ET L'ECONOMIE

Bonjour et merci de votre visite,
 

Savez-vous qu’en 1958 un logement valait en moyenne 70 loyers et que 40 ans plus tard, en 1998, il fallait dépenser en moyenne 133 loyers pour devenir propriétaire ? Savez-vous qu’en 2008, au plus haut de la bulle, un logement coutait en moyenne 262 loyers et que les prix étaient surestimés de 80% ? 

 

L'objectif de ce blog est de vous permettre de suivre l’actualité du marché immobilier et de vous aider à comprendre pourquoi les prix peuvent monter mais aussi descendre. Vous pourrez ainsi acheter, vendre ou louer votre logement en sachant exactement où vous mettez les pieds.

 

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter, cela vous permettra d’être informé d'une nouvelle publication. Vous pouvez également réagir à un article en cliquant sur "Ajouter un commentaire" en bas à droite de chaque article.


La plupart des graphiques sont disponibles en version PDF par un simple clic sur l'image. Vous aurez ainsi des documents imprimables de très bonne qualité.

Si de votre côté vous avez un article intéressant à me proposer, n'hésitez pas à me contacter à l'adresse suivante:
bulle.immo160@free.fr

 


Nombre de visites (30/07/2021)

5 029 588

Recherche

Map">

Geolocalisation