Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 00:52

Partager cet article

Repost0

commentaires

Chocolat 04/12/2011 00:09


Pour la Suisse :


Industrie de haute qualité et exportatrice, mentalité sérieuse et égoïste (un non résident paye l'école plein pot pour ses enfants : 6 à 8000 CHF par an en primaire), niveau de prix très élevé et
vie très dure pour les petites gens, dumping fiscal qui fait du bien localement (modèle copié par l'Irlande). Bref un modèle non coopératif qui deviendrait une catastrophe s'il était
généralisé...

gagner une fortune 03/12/2011 23:58


Pour gagner une fortune (une grosse) le meilleur moyen est, statistiquement, d'hériter à la sueur de son front (genre Serge Dassault qui se permet de donner des leçons aux salauds de pauvres
alors que celui qui a tout fait est Marcel Bloch, son père, un remarquable avionneur partis de pas grand chose).


Quand aux impots, il en faut, tout le problème est de savoir quel est le profil de recettes et de dépenses le plus efficient pour un pays donné à un moment donné : cela m'étonnerais qu'il y ait
un profil universel dans ce domaine et l'optimum sur le long terme doit pas être si facile à obtenir.


Pour les multinationnales renseignez vous sur ce que l'on appelle prix de transfert. Et sachez que ce problème est dans le colimateur des allemands. On peut espérer que la future convergence
fiscale si elle se réalise nous permettra d'arréter de subir le modèle étasunien qui n'est, à mon avis, pas adapté à notre vieux continent.

goufio 03/12/2011 18:27


S’il s’agit d’un lieu commun sans explication de votre part. Je vais cependant vous exposer mon point de vue très simplement. En
Suisse les habitants : citoyens suisses et résidents fiscaux paient des impôts. Aussi pourquoi la Suisse qui est un petit pays a-t-elle des infrastructures de très hautes qualités comme la
France et que l’on paie plus d’impôts en France qu’en Suisse ?


L’Etat providence est moins redistributeur et moins endetté que la France qui meurt petit à petit de son social.


Pour les bénéfices des multinationales je ne suis pas sur de votre affirmation, il faut arrêter d’écrire n’importe quoi sans le
justifier, Internet et son anonymat n’autorise pas à être irresponsable.


Pour la récupération des richesses industrielles les USA, l’Europe et la Chine et d’autres n’ont pas besoin de paradis fiscaux, ces
pays rapatrient les richesses chez eux et profitent au passage de disposition d’accueil de certains pays pour certaines filiales, mais il ne faut pas répéter ce que vous lisez dans la presse sans
le justifier.


Pour ce qui est de quelques contribuables dont le nombre est somme toute anecdotique je partage votre point de vue et je pense aussi
que les vraies questions sont éludées et que cela fait par contre jazzer dans les chaumières. Avez-vous évalué le nombre de réponse qu’à déclenché cet article, c’est proprement hallucinant !
Avez-vous lu quelques contenus ? Où la science s’étale sur la taxation et l’emploi de l’argent des autres est stupéfiante alors qu’aucun ne s’aventure à nous expliquer comment gagner une
fortune !!!!

Renseignez vous 03/12/2011 16:33


"les paradis fiscaux n’existent qu’à cause des enfers fiscaux"


Renseignez vous au lieu de colporter des lieu communs; les "paradis fiscaux" existent car il sont utiles aux puissants des "enfers
fiscaux" pour que l'éssentiel de la richesse reste entre leurs mains. Il permettent également la défiscalisation des bénéfices des multinationnales et de récupérer discrètement le produit des
richesses naturelles d'une partie des pays ex-tier monde. Que quelques contribuables français ou autres en profite est tous à fait anecdotique et pour tout dire plutôt bienvenu car fait diversion
sur les vraies question.

goufio 03/12/2011 15:56


M Doze vous semblez ignorer qu’un politicien est nu, car les paradis fiscaux n’existent qu’à cause des enfers fiscaux, que les bonus
n’ont jamais été à l’origine d’un risque systémique, il faudrait commencer par le prouver, les hedges funds n’ont jamais risqué que leur propre argent et le grand retour de l’Etat par son cortège
de réglementations, d’ailleurs quant-est-ce que l’Etat était parti ? J’allais oublier les produits toxiques, un CDO ou un SIV ça se laisse lire pour celui qui s’en donne la peine et pour les
fainéants ils racontent n’importe quoi. Que des âneries pour esprits incultes. Attention à propos des CDO ou SIV, les euro-obligations y ressemblent à s’y méprendre, mais on sera vite
fixé.


Pour l’Etat il est bel et bien là puisqu’à la disposition d’une classe qui a pour nom l’ENA qui s’est approprié la place des nobles,
du clergé et du Tiers Etat, comme l’histoire est singulière de nous le rappeler et l’Etat est partout, dans tous les prix, dans tous les secteurs d’activité, même qu’un président de la République
convoque un président de firme automobile parce que de dernier prévoirait de positionner son groupe en fonction des analyses de son marché et de sa rentabilité future et que manque de chance cela
ne convient pas au calendrier politique . Récemment, le Conseil d’Etat vient de retoquer l’Etat sur les prix du gaz et donc de donner raison à EDF-GDF, mais le brillantissime ministre Eric Besson
saura renouveler une réglementation favorable à la votation de son candidat. Ubuesque et cela me rappelle la citation suivante : « Les 3 règles du gouvernement: si ça bouge, le taxer. Si ça continue à bouger, le réglementer. Si ça s'arrête de bouger, le
subventionner »


 


Pour les réglementations en cours par le célébrissime commissaire européen aux affaires intérieures Michel Barnier, qui
n’a pas un seul exemplaire de connaissance en matière financière sur lui, comme Madame Lagarde d’ailleurs ou M Baroin ou Mme Pécresse et j’en passe, mais on pourrait aussi avoir recours à David
Douillé ou à Christian Estrosi !!! pour la réglementation en cours qui qualifie les emprunts souverains comme les plus sûrs et les plus liquides que les banques doivent
posséder obligatoirement il y a de quoi rire, il a seulement été oublié que les banques ont des bilans trimestriels qui doivent faire apparaître la valeur des titres en portefeuille à la valeur
du marché, no comment…


L’euro que J. Delors son géniteur a récemment déclaré « l'euro était voué à l'échec dès le départ, dans une interview au Daily
Telegraph publiée samedi 3 décembre 2011 » PARDON ou je rêve ?


 


Mme Lagarde qui nous avait affirmé que la crise était derrière nous il y a quelques mois est devenue depuis la DG du FMI où elle va
briller de nouveau avec l’avenir de la planète ; Je vous assure j’ai eu peur un instant.


 


Pour le discours de l’apprenti de 4 ans à la présidence de la République qui nous serre le discours lénifiant d’il y a 3 ans, mais
qu’à t-il fait ? RIEN ; Si il restera aux yeux des observateurs pertinents « le président des radars ».  Il n’y a pas de crise de
l’euro ni de la gouvernance de l’eurozone, il y a tout simplement trop de dettes publiques, d’Etat providence. Mais nos politiciens n’ont pas entendu depuis l’après 21 juillet dernier que les
prêteurs ne voulaient plus prêter à des Etats insolvables.


Pour relancer l’industrie, il faudrait aussi définir qu’elles industries sous la responsabilité d’un état centralisateur ou
d’entrepreneurs-risqueurs ? Quand l’Etat prend de plus en plus l’épargne en otage parce que la gauche revancharde veut taxer la réussite pour la distribuer à ceux qui n’ont pas réussi, ce
n’est pas de la justice fiscale, c’est un scandale et un suicide de notre futur.


 


Enfin en 2006 et 2007 dans sa campagne à l’élection présidentielle N Sarkozy prenait les USA en exemple (précisément les emprunts
hypothécaires rechargeables pour tous, vieux et impécunieux, enfin des subprime et maintenant il prend l’Allemagne comme exemple. C’est dur, très dur d’avoir des idées, un cap à proposer aux
Français, mais il vaut mieux défendre l’euro envers des millions, voire des milliards d‘individus, plutôt que d’envisager la réalité et de baisser les dépenses de l’Etat comme un vrai
gestionnaire du futur de notre pays, mais là silence radio il y a les élections et après le déluge, car il va y avoir un déluge, mais il sera toujours temps de trouver des boucs émissaires. A
chaque fois les peuples trinquent et le plus dur c’est la guerre…

Présentation

  • : Blog de Marc Candelier
  • : Comprendre pourquoi les prix du marché immobilier peuvent monter mais aussi descendre !
  • Contact

IMMOBILIER ET L'ECONOMIE

Bonjour et merci de votre visite,
 

Savez-vous qu’en 1958 un logement valait en moyenne 70 loyers et que 40 ans plus tard, en 1998, il fallait dépenser en moyenne 133 loyers pour devenir propriétaire ? Savez-vous qu’en 2008, au plus haut de la bulle, un logement coutait en moyenne 262 loyers et que les prix étaient surestimés de 80% ? 

 

L'objectif de ce blog est de vous permettre de suivre l’actualité du marché immobilier et de vous aider à comprendre pourquoi les prix peuvent monter mais aussi descendre. Vous pourrez ainsi acheter, vendre ou louer votre logement en sachant exactement où vous mettez les pieds.

 

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter, cela vous permettra d’être informé d'une nouvelle publication. Vous pouvez également réagir à un article en cliquant sur "Ajouter un commentaire" en bas à droite de chaque article.


La plupart des graphiques sont disponibles en version PDF par un simple clic sur l'image. Vous aurez ainsi des documents imprimables de très bonne qualité.

Si de votre côté vous avez un article intéressant à me proposer, n'hésitez pas à me contacter à l'adresse suivante:
bulle.immo160@free.fr

 


Nombre de visites (01/08/2020)

4 926 724

Recherche

Map">

Geolocalisation