Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 19:39

A la manière des gentils escrocs de la comédie « La vérité si je mens », tous les candidats essaient de masquer l’effort fiscal qu’ils vont demander aux contribuables français. Maître Jean-Philippe Delsol, avocat fiscaliste, administrateur de l’IREF, rappelle quelques vérités : un taux marginal de 75 % d’impôt sur le revenu pour certains, un déséquilibre budgétaire persistant et ruineux, un rejet des réformes structurelles engagées chez tous nos voisins.

 

Un récent sondage Viavoice-BCPE pour Les Echos et France Info a fait apparaître que 79% des Français trouvent la fiscalité injuste. A 37%, ils la considèrent comme très injuste. Seuls 15% pensent qu’elle est juste. Ces résultats sont sans doute le fruit d’opinions très variées et contradictoires. Mais ils révèlent un malaise grave, le rejet des voies et moyens mis en œuvre pour vivre ensemble. Ils placent les choix des candidats en matière fiscale au cœur de la campagne présidentielle. Pourtant la fiscalité elle-même n’est qu’une partie de la solution.

 

Faire payer les riches : jusqu’à 75 % de leurs revenus !

Finalement tous les grands candidats ne pensent plus qu’à taxer les riches, chacun à sa manière. Sarkozy l’a déjà fait avec 30 Mds € environ d’impôts nouveaux depuis deux ans et il a annoncé ce 29 janvier 13 Mds de plus de TVA, CSG et taxe financière ; il promet aujourd’hui de ne plus les augmenter, mais comment le croire après tant de promesses rompues depuis sa dernière élection ? Hollande veut en rajouter pour 49,1 Mds € environ, avec une tranche d’impôt supplémentaire à 45% et un rétablissement de l’impôt sur la fortune au barème antérieur. Marine Le Pen propose une tranche supplémentaire d’impôt sur le revenu à 45% et François Bayrou en programme deux à 45 et 50%. Ils oublient tous que la fiscalité n’est pas que mathématique et que la variation des taux d’impôt induit des effets sur le comportement des contribuables. Taxé à 50%, un revenu sera encore amputé des cotisations CSG/RDS à un taux jusqu’à 13,5%, soit un taux d’imposition de 63,5%, proche des taux confiscatoires pratiqués par Mitterrand au début de son premier septennat. Pourquoi travailler plus lorsque l’Etat prend les deux tiers de votre revenu, surtout s’il a pris en plus préalablement des charges sociales non plafonnées qui peuvent représenter environ 50% du salaire ? C'est-à-dire que dans la tranche supérieure, un salaire de 100 pourrait supporter des charges sociales de 50 et un impôt de 63,5. Sur un « salaire complet » de 150, les prélèvements publics représenteraient 113,5, soit 75,66% ! Avec la surtaxe de 4% sur les revenus très élevés (plus de 500 000€), la charge avoisinerait 80%, un niveau de spoliation.

 

Suite de l'article (irefeurope.org)

 

Merci à Thierry pour cet article.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Foulonneau Luc 14/02/2012 20:28


Il me semble difficile de réduire les revenus uniquement aux revenus salariaux. les chefs d'entreprise qui créent réellement de la valeur voient la valeur de leur entreprise croître et donc leur
patrimoine et les plus value sont relativement épargnées.


Faut il  ponctionner un peu plus les pauvres alors qu'ils n'arrivent déjà pas à boucler leur fin de mois, ou faut il demander plus à ceux qui mettent beaucoup d'argent de coté. Augmenter les
impôts me semble une bonne solution pour plafonner les revenus, réduire les excès de rémunération et favoriser le "vivre ensemble que vous appelez de vos voeux. Comme disait un grand patron,
l'argent est une drogue, on n'en a jamais assez.


Il ne faut pas oublier que même aux USA le taux d'imposition maximum a déjà atteint 90% sous Roosevelt et cela plafonnait les rémunérations. Il est vrai que c'était du temps de Ford qui lui
même limitait les salaires de l'encadrement et des ingénieurs par rapport à ses ouvriers dans un rapport de 1 à 4....Onen est loin aujourd'hui avec la rémunération des patrons du CAC 40 dont la
moyenne en 2011 a dépassé 4 millions d'euros soir plus de 250 SMIG.


N'en auraient ils pas assez pour vivre? Faut il toujours vouloir avoir plus au détriment des autres? car c'est bien de cela qu'il s'agit.

Présentation

  • : Blog de Marc Candelier
  • : Comprendre pourquoi les prix du marché immobilier peuvent monter mais aussi descendre !
  • Contact

IMMOBILIER ET L'ECONOMIE

Bonjour et merci de votre visite,
 

Savez-vous qu’en 1958 un logement valait en moyenne 70 loyers et que 40 ans plus tard, en 1998, il fallait dépenser en moyenne 133 loyers pour devenir propriétaire ? Savez-vous qu’en 2008, au plus haut de la bulle, un logement coutait en moyenne 262 loyers et que les prix étaient surestimés de 80% ? 

 

L'objectif de ce blog est de vous permettre de suivre l’actualité du marché immobilier et de vous aider à comprendre pourquoi les prix peuvent monter mais aussi descendre. Vous pourrez ainsi acheter, vendre ou louer votre logement en sachant exactement où vous mettez les pieds.

 

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter, cela vous permettra d’être informé d'une nouvelle publication. Vous pouvez également réagir à un article en cliquant sur "Ajouter un commentaire" en bas à droite de chaque article.


La plupart des graphiques sont disponibles en version PDF par un simple clic sur l'image. Vous aurez ainsi des documents imprimables de très bonne qualité.

Si de votre côté vous avez un article intéressant à me proposer, n'hésitez pas à me contacter à l'adresse suivante:
bulle.immo160@free.fr

 


Nombre de visites (01/08/2020)

4 926 724

Recherche

Map">

Geolocalisation