Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 19:38

La banque centrale américaine, la Fed, qui a injecté 600 milliards de dollars de bons du Trésor dans l'économie, cherche à stimuler l'économie américaine. Mais sa stratégie présente des risques, notamment dans un contexte où il n'existe pas de coordination internationale des politiques économiques.

 

 

La Fed, la banque centrale américaine, a décidé le 2 novembre dernier de racheter pour 600 milliards de dollars de bons du Trésor émis par l'Etat fédéral, soit l'équivalent de 4 % du produit intérieur brut (PIB). Ce qui revient à créer ex nihilo autant de monnaie supplémentaire pour l'injecter dans l'économie. Cette décision a suscité de fortes critiques aux Etats-Unis mêmes (et notamment parmi les membres du board de la réserve fédérale), mais aussi et surtout à l'étranger : les autorités chinoises ainsi que le ministre allemand des Finances ont accusé la Fed de chercher à dévaluer artificiellement la monnaie américaine tout en alimentant de nouvelles bulles spéculatives. Alors la Fed fait-elle n'importe quoi ? Pas vraiment, même si sa stratégie présente en effet des risques, notamment dans un contexte où il n'existe pas de coordination internationale des politiques économiques.

 

Pourquoi la détente quantitative ?
 

Il faut rappeler tout d'abord que, en temps normal et contrairement à ce que l'on croit souvent, ce ne sont pas les banques centrales qui créent de la monnaie dans les économies modernes. Elles ont certes la responsabilité d'imprimer des billets de banques, mais de nos jours billets et pièces de monnaies ne jouent plus qu'un rôle négligeable dans l'activité économique vis-à-vis de l'océan de monnaie qui n'existe que sous forme d'écritures, d'où son nom de monnaie scripturale, dans les comptes des institutions financières. Ce sont ces dernières pour l'essentiel qui créent de la monnaie supplémentaire en accordant des crédits aux entreprises et aux ménages. Parce qu'en fournissant ces crédits sans contrepartie immédiate, elles font le pari que, grâce à la croissance économique, les revenus futurs de leurs clients leur permettront de rembourser effectivement leur dette. Et en retour, c'est cette création monétaire par les banques qui conditionne l'accroissement de l'activité économique en permettant les investissements supplémentaires des ménages et des entreprises. Sur ce plan, le rôle des banques centrales consiste surtout à faciliter ou à freiner cette création monétaire en jouant sur le niveau taux d'intérêt directeur à court terme auquel elles-mêmes accordent des financements aux banques. Taux qui sert également de référence dans les financements que les banques s'accordent entre elles sur le marché interbancaire.

 

Mais en situation de crise, les banques refusent de se prêter les unes aux autres et cessent également de prêter aux ménages et aux entreprises qui eux-mêmes cherchent surtout à se désendetter… Même quand la banque centrale a ramené ses taux d'intérêts à zéro. Comme il n'y a plus de création monétaire, la machine économique s'arrête et risque de s'engager dans une spirale de dépression, car les prix se mettent à baisser, augmentant encore le poids des dettes passées… C'est pour éviter ce scénario funeste vécu après 1929, que les banques centrales ont décidé de créer elles-mêmes de la monnaie à grande échelle en 2008-2009, mettant en œuvre une politique dite de « détente quantitative » ou « quantitave easing ». Et pas simplement la Fed mais aussi la Banque centrale européenne et la Banque d'Angleterre.

 

Suite de l'article (alternatives-economiques.fr)

Partager cet article
Repost0

commentaires

T


Cette politique de "détente quantitative" ou "quantitative easing" mise en place par M. BERNANCKE (FED) pour les états-unis et M. TRICHET (BCE) pour l'Europe est simplement SUICIDAIRE puisque
tous ces milliards de dollars et d'euros FICTIFS ne serviront qu'à alimenter le marché de la spéculation (produits dérivés, matières premières) et EN AUCUN CAS l'économie réelle....???!!.


Que fait-on pour réguler les marchés financiers devenus fous, mis entre les mains de banquiers d'affaires illuminés et incompétents qu'il convient de renflouer régulièrement avec les fonds
publics ? RIEN.


le G20  va se réunir régulièrement avec le FMI et vous verrez qu'aucune décision intelligente ne sera prise pour arrêter cette folie...??!


Continuons sur cette voie....???!!!!


Thierry FOURGEAUD Consultant à 44100 - NANTES



Répondre

Présentation

  • : Blog de Marc Candelier
  • : Comprendre pourquoi les prix du marché immobilier peuvent monter mais aussi descendre !
  • Contact

IMMOBILIER ET L'ECONOMIE

Bonjour et merci de votre visite,
 

Savez-vous qu’en 1958 un logement valait en moyenne 70 loyers et que 40 ans plus tard, en 1998, il fallait dépenser en moyenne 133 loyers pour devenir propriétaire ? Savez-vous qu’en 2008, au plus haut de la bulle, un logement coutait en moyenne 262 loyers et que les prix étaient surestimés de 80% ? 

 

L'objectif de ce blog est de vous permettre de suivre l’actualité du marché immobilier et de vous aider à comprendre pourquoi les prix peuvent monter mais aussi descendre. Vous pourrez ainsi acheter, vendre ou louer votre logement en sachant exactement où vous mettez les pieds.

 

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter, cela vous permettra d’être informé d'une nouvelle publication. Vous pouvez également réagir à un article en cliquant sur "Ajouter un commentaire" en bas à droite de chaque article.


La plupart des graphiques sont disponibles en version PDF par un simple clic sur l'image. Vous aurez ainsi des documents imprimables de très bonne qualité.

Si de votre côté vous avez un article intéressant à me proposer, n'hésitez pas à me contacter à l'adresse suivante:
bulle.immo160@free.fr

 


Nombre de visites (30/07/2021)

5 029 588

Recherche

Map">

Geolocalisation