Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 22:40

L’immobilier pourra rapidement s’avérer inefficace pour se protéger d’une crise de la dette publique comme d’une crise de la dette privée.

Les professionnels de l’immobilier se plaisent à présenter la pierre comme une valeur refuge. La pierre aurait la faculté d’échapper aux crises financières. Sa valeur aurait même la vertu de s'apprécier en permanence. Pourtant, cette caractéristique protectrice tient plus de la métonymie que de la réalité.

 

L’immobilier n’est pas toujours épargné par les crises financières. À l’automne 2008, les répercussions européennes de la faillite de la banque Lehman Brothers ont entraîné une brutale contraction de l’offre de crédit. Il s’en est suivi une baisse des prix du neuf et de l’ancien, pendant plusieurs mois, partout en France. À Paris, tous les arrondissements ont été touchés. Entre le T3 2008 et les T2 et T3 2009, les prix ont baissé de plus de 7% dans les VIIe et VIIIe arrondissements, de plus de 9% dans le VIe, et de plus de 10% dans les XVIe et IIe [1].

 

En cas de crise, l’immobilier ne baisse pas toujours moins que d’autres actifs. Dans les années 1990, la pierre s’est dépréciée durant plus de 10 ans, tandis que la valeur des actions a plus que doublé [2]. Plus près de nous, depuis 2007 aucune véritable reprise n’a été observée dans certaines villes et régions françaises. Aux États-Unis et au Royaume-Uni, cela fait cinq ans que les prix de l’immobilier baissent, dans des proportions plus importantes que les grands indices boursiers [3].

 

Pour rassurer les acheteurs français, certains invoquent la prudence des conditions d’octroi, la pression démographique et foncière, et enfin l’absence de comportement spéculatif. Tordons tout de suite le cou à l’argument de la pression démographique. Depuis 25 ans et selon l’INSEE, le nombre de ménages a augmenté dans les mêmes proportions que le nombre de logements.

 

À Paris, la population a crû de 3% depuis 1999, alors que sur la même période, les prix de l’ancien ont plus que doublé. Les tensions sur le logement et la rareté du foncier ne peuvent expliquer à elles seules l’écart entre la croissance des prix à la relocation (+50% à Paris) et la croissance des prix à l’achat (+175%). Tordons surtout le cou à l’absence de comportement spéculatif. Certes, nous ne sommes pas dans la situation du début des années 90, où les promoteurs lançaient des programmes "en blanc" et où les marchands de biens faisaient monter les prix.

 

Suite de l'article (lecercle.lesechos.fr)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Yves 13/11/2011 18:05



Marc, sans lien direct avec l'article, voici un site intéressant que j'ai découvert aujourd'hui. http://www.french-property.com/news/french_property/best_places_france/ En qqs sorte, la France
vue du Royaume-Unis. Du coup, on comprend presque mieux la taxation française quand c'est un anglais qui l'explique sur ce site. Perso, je n'ai que ma RP et ne souhaite pas investir dans
l'immobilier sauf à crédit et sur un prix donnant un rendement brut de 8% (rare pour le moment). Ensuite mes investissements se tournent plutôt vers les terres agricoles, les forêts et les métaux
(or/argent).



anonymous56 13/11/2011 01:37



A LIRE ! A LIRE ! A LIRE !

Lire le commentaire HYPER intéressant de Naos le 12/11 à 19H15 sur le carnage de l'immobilier dans les années 40 et 50 en France (attention tres triste et pathétique le sort de ces ancetres
propriétaires immobiliers)

sur la page

http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/immobilier/221139831/immobilier-valeur-refuge


 



immo-râle 11/11/2011 10:22



excellent article , merci !



Présentation

  • : Blog de Marc Candelier
  • : Comprendre pourquoi les prix du marché immobilier peuvent monter mais aussi descendre !
  • Contact

IMMOBILIER ET L'ECONOMIE

Bonjour et merci de votre visite,
 

Savez-vous qu’en 1958 un logement valait en moyenne 70 loyers et que 40 ans plus tard, en 1998, il fallait dépenser en moyenne 133 loyers pour devenir propriétaire ? Savez-vous qu’en 2008, au plus haut de la bulle, un logement coutait en moyenne 262 loyers et que les prix étaient surestimés de 80% ? 

 

L'objectif de ce blog est de vous permettre de suivre l’actualité du marché immobilier et de vous aider à comprendre pourquoi les prix peuvent monter mais aussi descendre. Vous pourrez ainsi acheter, vendre ou louer votre logement en sachant exactement où vous mettez les pieds.

 

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter, cela vous permettra d’être informé d'une nouvelle publication. Vous pouvez également réagir à un article en cliquant sur "Ajouter un commentaire" en bas à droite de chaque article.


La plupart des graphiques sont disponibles en version PDF par un simple clic sur l'image. Vous aurez ainsi des documents imprimables de très bonne qualité.

Si de votre côté vous avez un article intéressant à me proposer, n'hésitez pas à me contacter à l'adresse suivante:
bulle.immo160@free.fr

 


Nombre de visites (01/08/2020)

4 926 724

Recherche

Map">

Geolocalisation