Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 21:21

Ouf ! On respire. Le Portugal n’a pas eu de mal à emprunter les 1, 250 milliards d’euros dont son Etat avait besoin en ce mois de janvier pour boucler son budget. Et il a pu emprunter à un taux décent : 6,71 %. Pour autant, peut-on dire que l’euro est sauvé et que la dette publique européenne est soutenable ? Quelle part de la dette publique portugaise est détenue par la Chine ? « Nous sommes prêts à aider les pays de la zone euro à surmonter la crise financière et à réussir leur reprise économique. A l’avenir, l’Europe sera l’un de nos principaux marchés pour y investir nos réserves de change », annonçait fin décembre le porte-parole du Ministère chinois des Affaire Etrangères. Et le Premier ministre chinois, Li Keqiang, a signé un éditorial dans El Pais, garantissant à l’Espagne un soutien chinois qui s’est traduit et se traduira par des achats massifs de dette publique.

 

Suite de l'article (franceculture.com)

 

Capture-copie-14.JPG

Partager cet article

Repost0

commentaires

François78 18/01/2011 10:53



Déclarer un taux de 6,71 comme décent est proprement indécent. le reste est à l'avenant.



Milou 16/01/2011 19:04



j'en rajoute une couche :


retour sur terre en 2011 pour les Allemands, et, les Chinois car l'austérité va remplacer la stimulation , et en particulier le crédit en Chine, et, l'emploi en Allemagne.


 



Milou 16/01/2011 18:44



Pour Thierry Fourgeaud


"Des sociétés au bord de la rupture socio-économique
C'est en particulier le cas aux Etats-Unis et en Europe où trois ans de crise commencent à peser très lourd
dans la balance socio-économique, et donc politique. Les ménages américains désormais insolvables par
dizaines de millions oscillent entre pauvreté subie et rage anti-système. Les citoyens européens, coincés
entre chômage et démantèlement de l'Etat-providence, commencent à refuser de payer les additions
des crises financières et budgétaires et entreprennent de chercher des coupables (banques, Euro, partis
politiques de gouvernement, …).
Mais parmi les puissances émergentes aussi, la transition violente que constitue la crise conduit les
sociétés vers des situations de rupture : en Chine, la nécessité de maîtriser les bulles financières en
développement se heurte au désir d'enrichissement de secteurs entiers de la société comme au besoin
d'emploi de dizaines de millions de travailleurs précaires ; en Russie, la faiblesse du filet social
s'accommode mal de l'enrichissement des élites, tout comme en Algérie agitée par des émeutes. En
Turquie, au Brésil, en Inde, partout la transition rapide que connaissent ces pays déclenche émeutes,
protestations, attentats. Pour des raisons parfois antinomiques, développement pour les unes,
appauvrissement pour les autres, un peu partout sur la planète nos différentes sociétés abordent 2011
dans un contexte de fortes tensions, de ruptures socio-économiques qui en font donc des poudrières
politiques.
C'est sa position à la croisée de ces trois chemins qui fait ainsi de 2011 une année impitoyable. Et
impitoyable elle le sera pour les Etats (et les collectivités locales) qui ont choisi de ne pas tirer les difficiles
leçons des trois années de crise qui ont précédé et/ou qui se sont contentés de changements cosmétiques
ne modifiant en rien leurs déséquilibres fondamentaux. Elle le sera aussi pour les entreprises (et pour les
Etats) qui ont cru que l'embellie de 2010 était le signe d'un retour « à la normale » de l'économie
mondiale. Et enfin elle le sera pour les investisseurs qui n'ont pas compris que les valeurs d'hier (titres,
monnaies, ….) ne pouvaient pas être celles de demain (en tout cas pour plusieurs années). L'Histoire est
généralement « bonne fille ». Elle donne souvent un coup de semonce avant de balayer le passé. Cette
fois-ci, elle a donné le coup de semonce en 2008. Nous estimons qu'en 2011, elle donnera le coup de
balai. Seuls les acteurs qui ont entrepris, même laborieusement, même partiellement, de s'adapter aux
nouvelles conditions générées par la crise pourront tenir ; pour les autres le chaos est au bout du chemin"


Ce qui est entre " " n'est pas de moi mais cela reflète tellement ma propre analyse que j'ai cru bon de le joindre à cette "file". Je pense que La Chine ne va pas tarder à souffrir de son
inflation galopante. Dans un premier temps surveillez l'immobilier Chinois !!


 


 



Thierry FOURGEAUD 16/01/2011 18:14



Je partage l'analyse de Monsieur Philippe SIMMONOT.


Il faut être réaliste, l'Europe dans son organisation actuelle et avec sa "monnaie artificielle" est parfaitement incapable de se protéger des visées de LA CHINE.


Nous assisterons, comme à l'accoutumée, à des déclarations technocratiques d'intention, à la mise en place de comités de réflexions......!!!!!


Les Chinois doivent bien rire...! continuons dans cette voie....????!!!


Dès lors, la seule solution consiste à faire exploser l'euro et avant que la Chine ne rachète par morceaux toutes les entreprises des Pays Européens, les uns après les autres, comme de vulgaires
entreprises en difficultés...!


Mais Bon Dieu, avez-vous pensé un instant à la situation économique et financière de tous les états Européens à l'exception de L'Allemagne ? ils sont tous en faillite.. alors que la Chine dispose
de Milliards de dollars... et qu'elle fait ce qu'elle veut... se moquant de la moindre règle...


Croyez-vous que la CHINE va attendre que le dollar s'effondre, CE QUI VA ARRIVER, pour placer ses billes.... ???!!!.


Thierry FOURGEAUD 


Consultant  à 44100 NANTES


Nantes le 16 Janvier 2011


 



Milou 15/01/2011 22:53



Pitoyable.


Nos gouvernants au plus haut niveau leur donne notre technologie de pointe.


Nous travaillons pour les Chinois. Merci Sarko.Merci pour nos entreprises., merci pour nos ouvriers.


l'Euro n'est pas condamné. C'est des malades !!On en reparle !!



Présentation

  • : Blog de Marc Candelier
  • : Comprendre pourquoi les prix du marché immobilier peuvent monter mais aussi descendre !
  • Contact

IMMOBILIER ET L'ECONOMIE

Bonjour et merci de votre visite,
 

Savez-vous qu’en 1958 un logement valait en moyenne 70 loyers et que 40 ans plus tard, en 1998, il fallait dépenser en moyenne 133 loyers pour devenir propriétaire ? Savez-vous qu’en 2008, au plus haut de la bulle, un logement coutait en moyenne 262 loyers et que les prix étaient surestimés de 80% ? 

 

L'objectif de ce blog est de vous permettre de suivre l’actualité du marché immobilier et de vous aider à comprendre pourquoi les prix peuvent monter mais aussi descendre. Vous pourrez ainsi acheter, vendre ou louer votre logement en sachant exactement où vous mettez les pieds.

 

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter, cela vous permettra d’être informé d'une nouvelle publication. Vous pouvez également réagir à un article en cliquant sur "Ajouter un commentaire" en bas à droite de chaque article.


La plupart des graphiques sont disponibles en version PDF par un simple clic sur l'image. Vous aurez ainsi des documents imprimables de très bonne qualité.

Si de votre côté vous avez un article intéressant à me proposer, n'hésitez pas à me contacter à l'adresse suivante:
bulle.immo160@free.fr

 


Nombre de visites (01/08/2020)

4 926 724

Recherche

Map">

Geolocalisation