Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 13:56



Après des mois de crise, le téléphone s'est remis à sonner dans les agences immobilières. Même si le chômage tétanise les Français, les ménages peuvent tirer parti des conditions actuelles : crédits attractifs, prix en baisse et mesures fiscales encore incitatives.

 

Face à la pierre, les Français sont encore attentistes, alors que le marché immobilier a changé. Les prix des appartements et des maisons ont baissé un peu partout en France. Même à Paris, où les prix ont chuté de 7,8 % en un an (deuxième trimestre 2009 par rapport au deuxième trimestre 2008). «L'immobilier ne peut être déconnecté de la situation économique générale et je suis personnellement très prudent devant une situation aussi incertaine», a expliqué Jean-François Humbert, président de la chambre des notaires d'Ile-de-France, en présentant il y a un mois, plus tôt que d'habitude, les statistiques du deuxième trimestre. Il attend une baisse des prix, cette année, de 9 % dans la capitale (mais de 12 % en grande banlieue), cependant le constat fait en Ile-de-France vaut partout. Les professionnels ont le sentiment que le marché immobilier a connu une relative embellie depuis la fin du printemps, «en phase avec ce qui a été constaté pour l'économie globale de notre pays», indique la chambre des notaires de Paris. Un mieux, mais un mieux fragile. «On est toujours dans la crise, mais le marché est entré dans une phase de quasi-stabilisation dans l'ancien. Quand on regarde les évolutions de façon fine, on constate que là où les prix ont commencé à se dégrader le plus vite, le rythme des baisses devient plus faible. A l'inverse, les marchés qui avaient le mieux résisté dans un premier temps sont ceux qui accusent maintenant les baisses des prix les plus importantes», indique Me Pierre Bazaille, président de l'Institut notarial de l'immobilier.

...

Aujourd'hui, la plupart des spécialistes tablent donc sur une baisse des prix contenue dans les mois qui viennent. Comme beaucoup d'économistes veulent le croire pour l'économie en général, les professionnels ont le sentiment que le pire est passé. Que l'idée d'un effondrement des prix de 40 %, évoqué un moment, n'est plus de mise. «Nous attendons un recul de 7% des prix des logements anciens en moyenne en 2009 et de 5 % des logements neufs», estime par exemple Mathilde Lemoine, directrice des études économiques chez HSBC France.

...

Le climat a donc changé. Pour en prendre acte, les particuliers vont devoir réviser leurs scénarios. Et accepter de ne plus voir le marché soit tout en noir, en tablant sur un effondrement à venir des prix, soit tout en rose, en espérant que leur appartement ou leur maison gagnera 8 ou 10 % par an.

...

A ceux qui attendent que les prix baissent encore, je dirai qu'ils n'auront raison que si cette baisse n'est pas "mangée" par une remontée des taux des crédits et une limitation des avantages fiscaux. On peut craindre en effet que les pouvoirs publics ne dégradent les avantages de l'immobilier au fur et à mesure de la reprise de l'activité», conclut Michel Mouillart.

Suite de l'article (lefigaro.fr)


Un article qui fait plaisir à lire. Ils ont vraiment le moral au Figaro !

Michel, bien évidemment lorsque les taux sont bas, et même très bas, après il ne peuvent que remonter. Et à votre avis, que feront les prix si les taux remontent ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

A

Bonjour Marc,
Merci.Ca me rassure.
Cordialement
Amada
 


Répondre
M

Les nouvelles sont intéressantes dans la presse en ce moment sur ce sujet : entre schyzophrénie publicitaire et déni de réalité il reste un espace où un vrai message est exprimé. Heureusement, il
reste les blogs :)


Répondre
A

Bonjour Marc,
je suis votre blog depuis des mois maintenant. Merci pour ce travail.
Mais là... Vous êtes ironique je suppose ?
Cordialement
Amada 


Répondre
M


Bien évidemment. Il faut dire que depuis quelques mois les messages sont hyper positifs: L'immobilier repart, la bourse est en forme, la
crise est derrière nous ... Reste deux ou trois petits problèmes: le chômage qui augmente toujours ainsi que le déficit des états. Finalement personne n'a vu la crise venir mais par contre tout
le monde voit très bien quand nous allons en sortir: fin 2009, au pire fin 2010.



H

"Que l'idée d'un effondrement des prix de 40 %, évoqué un moment, n'est plus de mise."

Marrant, on pouvait lire mot pour mot exactement les mêmes âneries dans la presse ...en 1992...et on a eu un effondrement de 40 % !!


Répondre

Présentation

  • : Blog de Marc Candelier
  • : Comprendre pourquoi les prix du marché immobilier peuvent monter mais aussi descendre !
  • Contact

IMMOBILIER ET L'ECONOMIE

Bonjour et merci de votre visite,
 

Savez-vous qu’en 1958 un logement valait en moyenne 70 loyers et que 40 ans plus tard, en 1998, il fallait dépenser en moyenne 133 loyers pour devenir propriétaire ? Savez-vous qu’en 2008, au plus haut de la bulle, un logement coutait en moyenne 262 loyers et que les prix étaient surestimés de 80% ? 

 

L'objectif de ce blog est de vous permettre de suivre l’actualité du marché immobilier et de vous aider à comprendre pourquoi les prix peuvent monter mais aussi descendre. Vous pourrez ainsi acheter, vendre ou louer votre logement en sachant exactement où vous mettez les pieds.

 

N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter, cela vous permettra d’être informé d'une nouvelle publication. Vous pouvez également réagir à un article en cliquant sur "Ajouter un commentaire" en bas à droite de chaque article.


La plupart des graphiques sont disponibles en version PDF par un simple clic sur l'image. Vous aurez ainsi des documents imprimables de très bonne qualité.

Si de votre côté vous avez un article intéressant à me proposer, n'hésitez pas à me contacter à l'adresse suivante:
bulle.immo160@free.fr

 


Nombre de visites (30/07/2021)

5 029 588

Recherche

Map">

Geolocalisation